††
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Et voila, l'aventure touche à sa fin ~ Forum Fermé. Bonne continuation à tous.

Partagez|

PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Jeu 22 Aoû - 18:42

HJ:
 


L'entrainement de quidditch venait de terminer, et j'avais rendez vous avec Juda, ainsi je pense que l'on pouvait aisément dire que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Bon, c'était peut être un peu tiré par les cheveux en sachant que nous étions dans un château de sorcier, où les mauvais sorciers transformaient les sorciers comme moi, qui avaient du sang… mélé comme ils disent, en esclaves ou poches de sang. Voir pire…. Oui, c'était peut être un peu tiré par les cheveux d'appeler ça le meilleur des mondes, mais je n'y pouvais rien, les entretiens avec mon meilleur ami et les parties de Quidditch me donnaient des ailes. Pas que j'étais le meilleur batteur, non, j'étais loin de la, il y'avait probablement meilleur que moi, Zack par exemple, malgré son sale caractère, il avait un beau corps, bien huilé, et il maniait la batte à la perfection. J'avais encore quelques trucs à revoir, mais bon, j'étais bon quand même, et le quidditch me faisait partir au septième ciel - dans une maniere de parler… - enfin bref.

Du coup, oui, on pouvait dire que ce soitr j'étais de bonne humeur, que ce soir… Tout allait bien. Du moins jusqu'à ce qu'Addison ne vienne me taper sur l'épaule en me disant que Juda ne pourrait pas venir me retrouver parce qu'il était collé par je ne sais plus quel prof. Mon monde parfait s'écoulait, et je devais sembler amorphe un long moment , pour qu'Addison me secoue en me glissant une cigarette dans les mains. Euh…. …. …..

« Okay, donc ça poubelle. »  

Completement distrait j'avais quand même oublié de jeter la cigarette qui faisait probablement plus que faire rire; et c'est en la tenant dans ma main que je percutais soudain un type. Tiens… je levais les yeux vers lui, complètement blasé… Et un peu derouté. Il était dans ma classe je crois… Assurément dans ma maison en tout cas.

« Ça va … ? Je t'ai pas fais mal… J'suis désolé.  »  

Et la je me sentais un peu con, mais bon.

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Ven 23 Aoû - 18:20

HRP:
 

Le cours d’enchantement, le dernier de la journée, venait de se terminer. Cette journée était… plutôt exceptionnelle : rien de catastrophique ne m’était encore arrivé. C’était impressionnant parce qu’habituellement, j’étais du genre à tout cogner autour de moi, à tomber sans forcément pouvoir me rattraper à cause de mes problèmes de coordination. Du coup, c’était un jour plutôt agréable et j’étais de bonne humeur. Le seul bémol était sans doute ce cours d’enchantement dont je sortais. J’aimais apprendre, j’aimais connaître la manière de réussir les sorts mais, malheureusement, je n’avais pas la chance de me débrouiller seul pour les lancer… J’étais trop lent : je devais l’être si je souhaitais lancer un sortilège correctement... c’était l’une des raisons pour lesquels les duels étaient proscrits…

J’allais tourner au détour d’un couloir, quand quelqu’un me fonça dedans. Je levai des yeux craintifs vers la personne qui venait de me percuter. Je réfléchis un peu avant de, finalement, me souvenir de lui. Si ma mémoire ne me faisait pas défaut, je me souvenais de lui… il était dans l’équipe de Quidditch de notre maison. Je lui adressai un petit sourire lorsqu’il me demanda si cela allait.

« Ne… t’en fais pas, Johan. J’étais distrait. » Avais-je répondu.

J’étais tellement habitué à être maladroit que je prenais directement les torts sur moi. J’étais conscient qu’il avait pu me foncer dedans également, mais je n’allais pas lui en vouloir pour autant. Cependant, j’étais timide et incapable de me défendre, alors je préférais éviter les problèmes qui auraient pu me conduire à un duel ou une autre bêtise de ce genre… Après tout, je ne savais pas réellement ce qu’il se passait dans la tête des gens, même dans celle des personnes aussi gentilles que Johan… n’était-il pas connu comme cela, après tout, une personne bienveillante ?

Je gardai un léger sourire sur le visage pendant quelques secondes avant de lui poser une question. J’étais facilement marqué par les expressions des gens et, en l’occurrence, la sienne avait l’air un peu étrange… Je n’avais pas la chance de ressentir les sentiments des autres, bien malheureusement, mais comme toute personne normalement constituée –ce qui excluait du lot ces très chers mages noirs- j’avais quand même un minimum de compatissance…

« Quelque chose ne va pas ?»

Comme nous étions dans la même maison, nous partagions forcément la même salle commune, il était donc naturelle que je connaisse son prénom. Bon, après, j’avais toujours été assez doué lorsqu’il s’agissait de mémoriser des choses « futiles »… Et puis il était plus facile de connaître les noms des membres de l’équipe de Quidditch de Serdaigle que d’autres choses plus… compliquées ? Bref, cela n’avait rien d’impressionnant à mes yeux… Et ma question n’avait rien d’anormal, même si je devais bien avouer que j’étais un peu intimidé quand je parlais à des personnes plus âgées que moi, même d’un an.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Mer 28 Aoû - 9:29

Oui je n'étais pas de très bonne humeur. Mais bon, ne pas être de très bonne humeur pour moi équivalait souvent à une attitude un peu plus ronchon que la moyenne, et pas grand chose de bien méchant…. En fait c'était un peu dommage car une dizaine de minutes meme pas auparavant l'humeur était au béau fixe, finalement il suffisait que mon meilleur ami ne me pose un lapin pour que je passe en mode ronchon-paranoïaque. Mais bon, j'allais essayer de me tenir, j'allais essayer de….

Et CRAC. je venais de percuter un petit gars sans faire exprès. Des cheveux châtains presque bouclés, un petit air angélique et un joli sourire sur le visage, il s'appelait Phobos et était en sixième année. Maintenant que je m'étais un peu reculé de lui, je le reconnaissais, et il s'…il justifiait le fait que je lui sois rentré dedans, en prenant la faute sur les épaules. Je lui adressais un grand sourire, essayant de faire partir ma mauvaise humeur fugace.

« Je t'assure, c'est moi, tu n'y es pour rien. »

Il s'excusait souvent beaucoup, et il était timide, et je devais avouer que je ne lui avais pas vraiment beaucoup parlé, mais… Au fond il y'avait peut être un début a tout. Cette année était le moment idéal pour lier des nouvelles amitiés… Les guerres rapprochent, je suppose que c'était le diction que l'on pouvait utiliser dans ce cas la. Peut être que nous pourrions être de bons amis… ? Peut être que je … pensais trop ? Il me tirait de ma brève introspection, en me demandant si quelque chose n'allait pas, et le sourire revenait vite à mes lèvres. Adieu mauvaise humeur, tant que je me gardais occupé, les choses devraient aller.

Passant la main dans mes cheveux, un peu… géné, parce que non seulement je lui étais rentré dedans mais en plus il s'inquiétait pour moi, je répondais néanmoins, de mon ton gentil et doux habituel.

« Non… Ça va aller. Enfin, je suis un peu décu, j'avais un rendez vous avec mon meilleur ami et il a du annuler à cause d'une heure de colle. »

Hou, j'espérais sincèrement que cette heure de colle ne soit pas avec Egillson, sinon….. J'allais me mettre en colère toute rouge…. Ou jaune, ou verte. Comme Hulk, mais j'étais tout de même beaucoup plus charismatique que Hulk, et probablement moins intelligent que Bruce Banner. Ouais probablement. Me mordant un peu la lèvre pour réprimer un soupir, je glissais les mains dans mes poches.

« Et toi ça va ? Je t'ai pas fais mal au moins ? »

Ça pouvait sembler bizarre qu'a la première parole, à la première question, je lui ai sincèrement répondu que j'étais décu et pourquoi, mais j'étais du genre plutôt spontané, et je ne voyais pas l'utilité de mentir, tout comme je ne voyais pas l'intérêt des gens qui disaient : ¡« oui ça va bien ne t'inquiète pas » alors qu'ils n'avaient qu'une envie, que l'on insiste sur leurs petits malheurs. Bah de toute façon moi, je n'avais rien à cacher.

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Mar 3 Sep - 13:17

Mon regard timide resta posé sur Johan quand celui-ci me dit que je n’avais pas provoqué l’accident qui venait de se produire. Ce garçon avait toujours été quelqu’un d’impressionnant à mes yeux, comme bien d’autres élèves de ma maison. Sans doute était-ce parce qu’il était bien plus doué que moi pour la magie ? J’étais pourtant parfaitement conscient du handicap que me causaient ces fichus problèmes de coordinations ; je savais encore mieux que ceux-ci n’étaient pas de mon fait, et donc que je n’avais aucune raison de culpabiliser pour de telles stupidités. Malgré cela, je ne fus pas capable d’accepter l’idée de ma non-culpabilité. Si j’avais été un peu plus réactif, sans doute aurais-je pu empêcher ce petit carambolage humain.

Dans tous les cas, que je me fus heurté à Johan ou pas, j’étais tout aussi gêné que si cela n’était pas arrivé. En fait, j’avais ce complexe permanent ; cette impression horrible selon laquelle les gens ne pouvaient croire en moi à moins que j’eusse été capable de montrer mes compétences sans souffrir de mes différences. Je n’étais pas un sorcier de talent, comme bon nombre de mes camarades Serdaigle ; j’étais, au contraire, incapable d’utiliser le moindre sortilège sans m’y reprendre à deux fois. Néanmoins, je gardai la tête haute – du moins autant que cela fut possible – avant de lui demander si quelque chose n’allait pas. Il semblait songeur, voire peut-être de mauvaise humeur ? J’ignorais totalement de quelle nature étaient les sentiments qu’il ressentait en cet instant, raison pour laquelle je m’étais contenté de lui poser la question sans réellement essayer de le forcer à dire quelque chose, ni même sous entendre un sentiment quelconque, mis à part le mal être, bien évidemment.

« Oh, je vois ! » Répondis-je suite à son explication, sans oser m’avancer sur la légitimité d’une punition dont j’ignorais la cause, même si en ces temps les sanctions étaient plutôt injustifiées et démesurées « Ca arrive, vous trouverez sans doute un autre moment pour vous voir ! »

Le pire dans l’histoire étant sans doute cette naïve conviction d’avoir raison alors que j’étais souvent seul dans mon coin. Sans doute aurait-il vite faire de penser que j’étais un idiot quand il aurait réalisé à quel point je restais souvent seul… Jusqu’alors, je n’avais pas eu de mauvais échos sur ce garçon, mis à part les textes que j’avais pu lire dans la gazette du sorcier à son sujet, bien que celle-ci ne fut pas ma lecture de prédilection… j’avais d’ailleurs bien vite fait fi de ces informations, préférant juger les choses et les gens en fonction de mon expérience et non pas avec des paroles toutes faites. Le prêt-à-penser, ça n’était pas forcément pour moi… Peut-être était-ce pour cela que je préférais partir d’une opinion positive des gens et en changer si besoin était ? En quoi cela importait-il, en fait ? J’étais en train de discuter.

En lui faisant part de mes impressions au sujet de son ami, j’oubliai dans un premier temps de répondre à la question qu’il m’avait déjà posée un peu plus tôt. Réalisant cela, je m’empressai de lui répondre, craignant de paraître impoli devant un membre de l’équipe de quidditch de ma maison…

« Non, vraiment, ne t’en fais pas ! Il en faut beaucoup pour me faire mal, sinon je serais déjà totalement brisé à l’heure qu’il est. » Répondis-je en riant un peu, gêné qu’il ait l’impression que m’avoir fait mal.

En réalité, ces élèves n’étaient pas tellement mieux que d’autres mais, pour moi qui n’était pas capable de rattraper un Souaffle sans risquer un œil au beurre noir, ils possédaient un talent particulier : des réflexes ; de la coordination ; de la force et de l’adresse. Je les admirais réellement pour leurs compétences que je trouvais si particulières ; pourtant, je savais pertinemment que ce n’étaient pas eux les particuliers, mais bien moi… Quelque part, j’étais spécial dans le mauvais sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Jeu 5 Sep - 9:35

Voila où la colère m'avait amenée, j'avais fini par percuter un jeune garçon peut être un peu trouillard, et … j'avais peur qu'il se mette à pleurer ou quoi que ce soit. Oui, parce que bon, j'avais rien de méchant, et je savais pas trop comment les gens pouvaient réagir. Surtout qu'il avait l'air timide, et tout a fait… cassable ? Comme si… si je le poussais un peu, il tombait et.. Je crois que j'avais entendu quelques rumeurs sur lui, comme quoi il était pas très doué, comme quoi il était bizarre. Moi bien sur, les rumeurs je n'en avais cure. D'ailleurs depuis la gazette du sorcier, les rumeurs sur moi étaient assez fréquentes aussi. Elles me coulaient sur les épaules comme de l'eau de pluie sur un k-way en été… Je m'en fichais. Je voulais juste finir l'année tranquillement, et être heureux, notamment dans mon amitié avec Juda.

Enfin, en tout cas j'étais bien spontané, et je lui avais raconté ce qui m'arrivait. Les raisons de ma distraction et de pourquoi je n'allais pas très bien. Juda. Tous mes soucis du moment étaient liés à Juda. En fait, non, ça serait mentir que de dire ça, et je n'étais pas un menteur, j'étais même plutôt pas très doué dans le mensonge, et mon soucis principal, était de savoir si ma mère et Emy allaient bien… Bon bien sur à coté de ça, ici, tant que j'évitais la torture - en restant sage et dans mes rangs, - le plus gros soucis était situé dans ce que je pouvais ressentir pour mon meilleur ami. Mon meilleur ami qui n'avait pas hésité à torturer un de nos camarades et …. qui avait une relation bizarre avec un professeur. Mon meileur ami qui….

Enfin qu'importait. Le petit Phobos essayait de me rassurer. Ouais ça arrivait. Il avait raison, Juda n'avait pas fait exprès et je devais sourire un peu. C'est ce que j'essayais de me dire en gardant la tête fraiche, en gardant une sorte de sourire aux lèvres. « Tu as raison. C'est pas comme si c'était un tête brulé, qui était toujours puni… Ah bah si en fait ! » Cela dit ma petite réflexion m'avait fait un peu sourire. Rire même. Ouais ça détendait. Ah j'allais bien l'apprécier lui, parce qu'il avait un coté doux et gentil. Et qu'il était pas curieux, ce qui me changeait de certaines personnes de mon année, dont je tairais les noms.

Du coup on avait commencé à discuter ? Peut être qu'il n'était pas le type sociable, mais en tout cas il essayait non ? Et c'est sympathique. Sa réponse tardive à ma question me fit cependant arquer les sourcils d'un air inquiet. Totalement brisé ? Oh… Alors ce que l'on racontait était peut être vrai ? Il était effectivement maladroit ? Et peut être pas très doué. Bah ça, ça restait à voir non ? Je ne jugeais pas les gens, et quelque chose me donnait envie de le connaitre. Quelque chose avivait mon intérêt, je lui souriais doucement.

« Oh d'accord. Tant mieux alors… Enfin tant mieux que tu sois solide je veux dire. » Je lui offrais le plus sincère des sourires, avant de reprendre la parole. « Tu veux venir avec moi ? J'ai reçu des chocolats ce matin, j'ai attendu toute la journée pour les gouter » A la base je voulais faire plaisir à Juda, mais Juda n'était pas la, et j'étais en phase de me faire un nouvel ami. Du moins c'était ainsi que je voyais niaisement les choses moi.

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Jeu 5 Sep - 18:18

Je faisais actuellement d'énormes efforts afin de ne pas me renfermer dans ma timitidé. J'appréhendais la conversation que j'avais avec Johan, même si je savais que je pouvais avoir confiance en lui étant donné qu'il était un membre de ma maison... Quelque part, j'avais du apprendre à aller vers les autres, même si j'étais fortement solitaire. Je fermai les yeux pendant quelques secondes, heureux qu'il continue à discuter avec une personne aussi insignifiante que moi. J'avais tenté de le réconforter par rapport à son ami, pensant qu'il était peut-être plus triste qu'il le laissait paraître, car j'avais moi-même tendance à agir ainsi, et quand il me répondit, avec une touche d'humour qui ne manqua pas de m'arracher un léger sourire, je fus assez heureux de voir que je n'avais pas parlé pour les sourds. Quelle que soit la chose qui aurait réellement pu le rendre triste, j'étais heureux que celle-ci ne semble pas assez grave pour lui rester trop longtemps sur l'esprit. Maintenant, je devais bien avouer que, même si je ne lui en parlais pas, j'étais assez curieux de savoir ce qu'il se passait; néanmoins, j'étais trop poli pour le questionner sans raison, cela ne se faisait vraiment pas.

Lorsque je lui répondis pour la seconde fois qu'il ne m'avait pas fait mal, ma réponse sembla le laisser perplexe; je le vis à son expression qui m'arracha un petit sourire: je n'aimais pas parler de ces problèmes, alors je devais faire comme si de rien n'était, de peur sans doute que les autres élèves me rejettent parce que j'étais différent... Cela avait souvent été ainsi, car lorsque d'autres jouaient à la balle dans la cour de récréation, je m'étais vu condamné à faire les mêmes puzzles dans les salles de classe... Lors de la formation des équipes, au cours de sport, les capitaines choisissaient toujours des autres élèves avant moi... Ces problèmes de coordination étaient bien plus difficiles à vivre qu'il n'y paraissait, bien malheureusement. Jusqu'à maintenant, j'étais heureux que Johan ne paraisse pas comme ces autres élèves... Comment de telles horreurs avaient-elles pu être dites au sujet d'un garçon aussi sympathique? J'étais peut-être trop naïf ... Peut-être que ce que je pensais être réel ne l'était pas réellement? Et si jamais il ne faisait que jouer un rôle et passer pour un gentil alors qu'il ne l'était pas du tout? Non, je devais arrêter de voir les choses d'une manière aussi négative: Johan était une personne avec qui il était agréable de parler, je le voyais en cet instant.

Le sourire qu'il me fit ensuite vint conforter mon impression; la proposition qu'il fit ensuite, bien évidemment, ne changea pas non plus l'idée que je me faisais de lui. Je m'adressai à lui en souriant également, peu habitué à ce que l'on me propose ce genre de choses. Certes, ce n'était qu'une invitation à l'accompagner, mais c'était déjà beaucoup pour moi, le jeune Serdaigle trop timide pour aller vers les autres. Je hochai la tête avant de répondre à Johan d'une voix légèrement enjouée.

« Avec plaisir ! » Dis-je avant de lui emboîter le pas, tout sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Dim 8 Sep - 9:17

Bien sur j'étais triste que Juda n'ait pas pu se rendre à notre rendez vous…. Mais, il ne fallait pas que je devienne une personne maussade et constamment blasé, comme certaines personnes que je ne nommerais pas - oui toi la serdaigle aux yeux gris, je te vise de cette pique - alors j'essayais de me répéter en boucle le sempiternel « Haut les coeurs » et tout irait mieux comme ça. Du moins c'était ce que je supposais. Mais oui, ça allait aller mieux. Il fallait juste que j'évite de penser que Juda était peut être avec notre prof de défense contre les forces du mal, totalement déplacé…. Ouais, il fallait juste que j'évite de penser à ça, et que je me concentre sur les bonnes choses de la vie. Optimisme quand tu nous tiens ! La vie était belle. Et j'étais en train de me faire un ami, alors pourquoi penser à autre chose.

Non, ça ne voulait pas dire que Phobos était un remplacement ou quoi que ce soit d'autre, j'étais vraiment content de pouvoir parler au calme avec cette personne à qui je n'avais jamais vraiment fait attention. C'était fou quand même, on passait des années à frôler les gens, à passer a coté d'eux, à s'asseoir à la même table qu'eux, et on ignorait quasiment tout de leur personnalité, les réduisant à un simple prénom. Ce soir, tout serait different, j'allais faire connaissance avec lui - et pas dans le sens biblique merci - et j'étais sur qu'il serait un excellent ami.

J'étais très naïf, oui surement, et très candide, ce qui me donnait un caractère plutôt spontané, et toujours le sourire aux lèvres. Ce qui amenait aussi certaines mauvaises personnes à penser que j'étais hypocrite, que mes sourires étaient forcés, et que je ne pensais pas ce que je disais. A part que… Les choses étant ce qu'elles étaient, j'étais d'une sincérité à toute épreuve. Tout ce qui sortait de mes lèvres était pensé, pesé, et sincère. Et ma gentillesse n'était pas simulée, j'étais quelqu'un de gentil. On abusait souvent de moi je le savais, mais ça ne m'empêchait pas de continuer à vouloir aider les gens. Ça ne voulait pas non plus dire que je tendais l'autre joue. Je savais m'affirmer, je n'avais juste pas tout le temps envie de le faire.

En tout cas Phobos venait d'accepter de venir avec moi partager les chocolats que mère et Emy m'avaient envoyées. Mon sourire s'immensifia, et je commençais à marcher vers notre salle commune. La bas nous serions tranquilles de manger nos chocolats à notre guise. Pour l'heure, peut être qu'on pourrait parler un peu ?

« Comment se passe ton année ? Enfin, non… desolé c'est une question un peu bête, j'ai pas trop réfléchi. » Je lui souriais doucement, et je cherchais un sujet de conversation. J'avais pas vraiment de difficulté à lancer des sujets en général [nda: mais ma joueuse oui], alors ça ne devrait pas être trop dur. Tiens, parlons de la plus belle chose que Poudlard ait pu nous offrir. « Tu aime le quidditch ? »

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Lun 9 Sep - 16:04

Johan était définitivement sympathique. Je n’avais peut-être pas beaucoup de personnes avec lesquelles j’aurais pu comparer son comportement - En fait, c’était plutôt le contraire puisque j’étais souvent tout seul – mais au moins je pouvais me faire une idée de lui sans avoir l’impression de devoir le mettre aux côtés d’autres pour déterminer lequel serait le mieux, le plus sympathique, le plus avenant… Bref, je me faisais une idée des gens pour ce qu’ils étaient, non pas pour ce qu’ils pouvaient être avec certains ou avec d’autres ; Dans tous les cas, je trouvais mon camarade Serdaigle très agréable à fréquenter, bien que cela soit la première fois que j’ose lui parler, ne serait-ce que parce qu’il acceptait de faire la conversation avec une personne comme moi, c'est-à-dire quelqu’un qui n’était pas forcément connu pour son adresse… Peut-être ne s’arrêtait-il pas ça cela ? Au moins, j’étais sûr qu’il ne serait pas un profiteur… Puis en fait, peut-être qu’il ne savait même pas que j’étais ainsi ? Peut-être qu’il était comme moi, du genre à faire ses expériences par lui-même ? J’osais espérer rencontrer comme cela un jour, mais celui-ci ne semblait pas encore être arrivé.

J’avais commencé à marcher en sa compagnie vers la salle commune de Serdaigle – qu’aurions-nous fait dans une autre après tout ?- et je l’avais écouté, l’air songeur, tandis qu’il me posait quelques questions, se ravisant rapidement après la première. J’avais beaucoup de mal à discuter avec les autres, mais les choses semblaient plus simples une fois le contact établi ; c’était une bonne chose, une très bonne chose même, alors j’étais relativement heureux de pouvoir converser avec Johan, même si j’ignorais tout de lui. Je m’abstins bien de répondre à la question qu’il avait désignée comme bête, bien que je ne la tienne pas comme telle. En revanche, lorsque la seconde vint, je me sentis légèrement mal à l’aise, mais je répondis assez rapidement.

« Oui ! Je vais à tous les matchs. Les joueurs ont beaucoup de chance. »Dis-je avec un certain enthousiasme.

Par chance, sans doute avais-je voulu dire talent, car il était clair que l’admiration se percevait dans ma voix. Moi, avec mes problèmes de coordination, je ne pourrais jamais participer à un match, ni même à un entraînement… C’est tout juste si j’avais l’autorisation de monter réellement sur un balai alors franchement… J’avais autre chose à faire que risquer ma vie dans les airs en étant conscient que je n’allais de toute façon pas tenir cinq minutes sans faire une chute. C’était presque triste…

Nous nous approchions de la salle commune et je souriais, heureux de pouvoir parler réellement à quelqu’un ; j’étais bien trop solitaire, mais lorsque j’arrivais à discuter, c’était avec un réel plaisir, et cela s’entendait clairement dans ma voix. Je m’adressai à nouveau à Johan, posant mon regard sur le sol, non pas par gêne ou embarras, mais bien pour vérifier que je ne risquais pas de tomber, chose qui m’arrivait bien trop souvent.

« Si j’avais pu, j’aurais sans doute voulu intégrer l’équipe un jour. »

Avouai-je d’une petite voix dans laquelle se sentait le regret. Je me confiais très peu au sujet de cet handicap que constituaient les difficultés de coordination, mais je savais que, contrairement à d’autres, je n’avais pas à m’en plaindre… Je n’avais pas une maladie dégénérescente, je n’avais pas de risques de voir les choses s’aggraver à un point terrible… J’étais juste un enfant malchanceux qui était né avec un certain problème... J’y songeais encore lorsque je continuai à marcher vers la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Ven 13 Sep - 7:47

Je m'étais fait un nouvel ami ? Un nouvel ami ? Oh diable que j'étais totalement niais, mais… Je ne pouvais pas empêcher de sourire un peu. Oui, ça faisait oublier beaucoup de choses. Oh, je savais ce qu'on disait de moi. On profitait de ma gentillesse, et certains doutaient même que ce soit sincère, mais je m'en fichais. Pour moi tout ce qui comptait était d'être fidèle à moi même, et à la maniere dont ma mère m'avait élevée. Qu'importait ce que les gens en pensaient, de toute manière ceux qui me jugeaient n'étaient pas mes amis, et une fois Poudlard fini, je ne les reverais plus jamais. Seules quelques personnes avaient de l'importances, et si les autres ne savaient pas…Tant pis. Comme le disait une brillante Serdaigle, on ne pouvait pas forcer les gens à être intelligent…

Quoi qu'il en soit Phobos et moi même marchions donc vers la tour Serdaigle, mus par l'idée qu'une fois la bas, nous dévorerions gaiment les petits chocolats et bonbons qui étaient dans mon courrier ce matin. Une chance que c'ait été quelqu'un de sympathique qui s'occupait du courrier, et pas un malsain mangemort qui… Enfin qu'importait. Le tout était par contre de trouver un sujet de conversation, ce qui ne manquait pas avec moi. Spontané, et sympathique. Un peu niais oui. - Oui oui je le repete, il en a conscience lui aussi - mais sympathique. Ainsi je m'étais rattrapé sur ma question première, du déroulement de l'année, pour parler de quelque chose qui fascinait tout le monde. Le Quidditch. Il avait l'air enthousiasmé par cette conversation, et je ne voyais pas le mal à continuer, alors je l'encourageais d'un sourire.

« Beaucoup de chance, et beaucoup de bleus aussi ! »

Je riais un peu, en lui montrant mon bras gauche, ou un bel hématome, causé par un cognard lors du dernier entrainement, avait prit place. La route, en parlant, s'était faite rapidement, et je n'avais même pas senti les étages passés. Phobos était une agréable compagnie, et je me demandais pourquoi nous ne nous étions jamais parlé avant. Peut être que j'avais été trop occupé, toujours à trainer avec les filles de septième année, avec leurs conversations passionnantes, tentant de les empêcher de trop boire avant les cours…. Soit, j'avais loupé une belle connaissance, mais il était toujours temps non ? Nous n'étions qu'en Fevrier, l'année n'avançait pas trop vite, et puis… Qui sait de quoi demain serait fait ?

Sa réflexion me fit cela dit froncer les sourcils, pourquoi ne pourrait il pas intégrer l'équipe, je le regardais avec sympathie et sincérité.

« Pourquoi tu ne peux pas ? » Peut être que c'était trop personnel ? Peut être qu'il avait le vertige ou qu'il n'avait pas assez d'argent pour s'acheter un balais et tout l'équipement ? Peut être que… ? Je baissais un peu les yeux. « Enfin, je ne veux pas être trop curieux non plus tu sais. Si tu ne veux pas en parler il n'y'a pas de soucis ! On peut parler d'autre chose. »

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Sam 5 Oct - 15:25

J’étais grandement heureux que ma timidité de soit pas un obstacle aujourd’hui ; si cela avait été le cas, sans doute aurais-je été bien triste, par la suite, d’avoir manqué une occasion de discuter avec l’un des membres de l’équipe de quidditch, car je n’avais pas menti en avouant à Johan que j’allais à chacun des matchs, sauf lorsque l’infirmerie ou la direction me retenait pour un quelconque accident survenu par ma faute ; ma maladresse n’avait aucun égal, si ce n’était peut-être celle des personnes frappées de malédiction terribles et impossible à annuler. J’étais satisfait qu’il ait choisi un sujet plus abordable que le quidditch, car parler des cours aurait peut-être été un peu désagréable et gênant pour moi, mais visiblement, même ce sujet nous ramenait vers celui qui me tracassait quelque peu, ce qui vint légèrement affecter mon enthousiasme, sans pour autant me l’enlever.

Pendant un moment, j’hésitai à répondre, mais devant une telle sincérité, bien que mon léger handicap m’embarrasse grandement, je me résolus à expliquer la chose à Johan, sans pour autant le détailler au début.

« Eh bien, disons que je n’ai déjà … pas l’autorisation de monter sur un balai. » Commençai-je avant de réfléchir ; non, ça n’allait pas l’aider si je coupais court à mon explication, autant aller jusqu’au bout. Je repris donc un petit sourire, me persuadant autant que je le pouvais que ce n’était pas la mort de lui avouer mon problème, et qu’un garçon comme lui n’allait pas pouvoir me rire au nez comme bien d’autres l’auraient fait. « J’ai des troubles de la coordination qui m’empêchent de faire beaucoup de choses. Et du coup beaucoup pense que je suis juste maladroit. »

Je laissai un petit moment de silence passer, durant lequel je repris ma marche tranquille, approchant encore de la salle commune où nous allions entrer, puis je me retournai vers lui, lui adressant un grand sourire avant de dire une chose qui, peut-être, allait lui paraître totalement inutile, voire même carrément idiote.

« Mais t’en fais pas hein, c’est pas contagieux ni rien ! »

En fait, c’était un peu comme un réflexe, comme si j’avais soudainement craint qu’il m’abandonne parce qu’il pensait que j’allais pouvoir l’infecter avec ma maladresse et mes troubles… Ce n’était pourtant pas grave, pas au point de certaines autres personnes qui, elles, voyaient les choses s’aggraver un peu plus chaque jour… Je n’aurais peut-être pas pu être aussi courageux que ces gens si j’avais été dans leur cas, mais j’essayais de faire le moins de gaffes possibles, au moins pour ne pas risquer de voir ceux-ci s’aggraver un jour. Tout ce que j’avais, c’était une démarche un peu chancelante, des chutes inattendues ou de mauvais réflexes. Rien de bien grave, en somme.

D’ailleurs, je reposai mon regard devant moi, comme pour vérifier que je n’allais pas tomber, tandis que nous arrivions à hauteur de la salle commune. Nous avions du marcher bien plus vite que je le pensais, ou alors simplement les escaliers et autres choses avaient elles été plus clémentes envers nous…
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Dim 13 Oct - 8:07

Mon nouvel ami, Phobos était un être un peu étrange mais néanmoins fascinant. Déjà, il débordait de gentillesse, ça se lisait dans ses yeux et ses façons d'agir, mais il était également quelqu'un de solitaire qui semblait cacher un secret, ou une tristesse sans fond. Enfin, je me tirais peut être des conclusions trop hâtives la… Quoi qu'il en soit, nous parlions un peu de Quidditch, et je m'inquiétais de savoir pourquoi il ne pouvait pas en jouer. Ça me semblait logique de poser la question… Ne serait - ce que parce que je m'intéressais à lui. D'une maniere totalement chaste bien entendu, clarifions la chose dés à présent. Je n'étais pas le genre de garçon qui sautait sur tout ce qui passait. C'était hallucinant tout de même, comment à partir du moment où l'on était gay, tout pouvait sembler suspicieux. Oui, j'ai conscience que je suis en train de me perdre dans ma tête mais bref.

Bien, quoi qu'il en soit, donc, je n'allais pas tarder à savoir le fin mot de l'histoire, si bien entendu il voulait bien me l'expliquer. Il n'avait pas l'autorisation de monter sur un balais, et hochant la tête avec une moue inquiete, je l'encourageais à continuer. Ce qu'il ne tarda pas à faire. Des troubles de la coordination… ? Je le regardais un peu, le suivant alors qu'il reprenait la route.

« Je comprends. Ça ne doit vraiment pas être facile. »

J'agrémentais le tout d'un doux sourire, et je souriais encore plus, d'un sourire pouvant illuminer le couloir alors qu'il me disait que ce n'était pas contagieux. Il était… Drole ? Ou alors peut être qu'il voulait juste détendre l'atmosphère. Je ne savais pas trop. Tout ce que je savais c'est que j'avais de l'inquiétude pour lui, et que je l'appréciais… Puis que j'aurais aimé trouver un moyen pour qu'il fasse du quidditch.

« Je n'en doute pas tu sais ! Allez viens ! Des bonbons nous attendent. » Bien sur, c'était une façon comme une autre de montrer que pour moi ça ne changeait rien. Il était maladroit et alors ? Ce n'était pas une raison pour se moquer de lui non ? Les gens devraient se regarder avant d'ostraciser les autres. Et une fois devant la salle commune, je tapotais sur le heurtoir en forme d'aigle, attendant son énigme pour que nous puissions y pénétrer. Par chance ça ne serait pas quelque chose de trop compliqué.

« Lorsque que l'on naît, il existe déjà, et lorsque que l'on meurt, il est toujours là. Qui est il ? » Ah ! Ça allait elle n'était pas très dure celle ça. En souriant toujours à Phobos je lui demandais. « Hey ! Tu veux y répondre ? »

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Mar 15 Oct - 17:10

J’aurais voulu pouvoir faire du sport, réaliser mes sorts avec la même habileté que les autres, mais j’étais né avec un défaut qui m’embarrassait terriblement. Fin de l’histoire. Je n’aimais pas en parler, ni même entendre les autres le faire, mais il était vrai que, par moment, c’était inévitable. C’était un peu le cas en cet instant ; je ne pouvais pas détourner soudainement la conversation. Pour cette raison, j’avais vaguement expliqué la chose, n’entrant pas dans les détails, car cela aurait été sûrement très ennuyeux pour mon camarade et pour moi-même qui, avec les médecins, avais suffisamment entendu répéter ce que j’avais.

En fait à y regarder de plus près, l’on pouvait déjà voir que je marchais d’une manière un peu particulière. Je n’étais pas très rapide car je faisais attention à l’endroit où je posais mes pieds, certes, mais je chancelais très légèrement, ce qui était la source de nombre de mes pertes d’équilibre. Bien évidemment, cela ne pouvait pas se remarquer à l’œil nu, car je n’étais pas si atteint que cela par mes troubles, mais je m’en rendais compte, et c’était déjà extrêmement gênant.

« Non, c’est vrai. Répondis-je en secouant la tête. Mais on finit par s’y faire. »

C’était avant tout beaucoup de sacrifices. Des choses que j’aurais voulu faire qui m’étaient interdites, tout ça… Je n’en étais pas si malheureux en fait, juste déçu de moi-même par instants, mais cela n’était pas bien grave. Quelques instants plus tard, j’avais continué, indiquant à Johan – bien que cela soit totalement inutile- que mon mal n’était pas contagieux. Sa réponse m’arracha un large sourire et, en un hochement de tête prononcé, j’acquiesçai.

L’idée de partager un moment avec quelqu’un m’enchantait bien plus que celle de manger des bonbons. En fait, si j’étais solitaire, c’était peut-être un peu parce que je m’y forçais, car au final j’étais bien heureux de discuter avec quelqu’un, même si ma timidité était un obstacle non négligeable à ma vie sociale.

Nous arrivâmes enfin devant la salle commune et j’observai, en silence, Johan tapoter le heurtoir qui nous délivra son énigme quelques secondes plus tard. Je souris à l’entende de ces quelques mots, hochant la tête, m’adressant à Johan en un petit « hm » approbateur. D’une voix claire et audible, du moins autant que je l’aurais souhaité, je prononçai alors la réponse que j’estimais juste pour cette énigme.

« Le temps ? »

Il est vrai que plusieurs réponses peuvent exister pour une énigme. Aussi, j’avais décidé de choisir celle qui me semblait la plus plausible sur l’instant. En l’occurrence, le temps était la première chose qui m’était venue à l’esprit ; à notre naissance, le temps s’écoulait déjà, à notre mort, il ne s’arrêtait pas pour autant. Bien évidemment, d’autres choses auraient pu correspondre, comme peut-être le soleil, mais je préférais m’arrêter à l’idée du temps, qui me semblait assez correcte sur le moment et me rappelait moins à quel point mes parents avaient eu de l’influence sur moi. Je souris peu après, voyant la porte s’ouvrir au bout de quelques secondes. À cause de mes problèmes, j’étais toujours relativement anxieux par rapport à mes compétences, alors j’avais douté de ma réponse.

Une fois la porte de la salle ouverte, j’entrai à l’intérieur, faisant bien attention à l’endroit où je mettais les pieds, et j’avançai jusqu’à la pièce principale avant de me retourner pour voir si Johan me suivait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Mer 23 Oct - 9:24

La vie de Phobos devait être plutôt difficile, mais je n'allais pas non plus me mettre à le regarder avec un air de compassion mêlée à de la pitié. Nan, je ne faisais pas ça. Les vies étaient difficiles pour tout le monde. Pour lui elle avait l'air de l'être a cause de ça. Pour moi elle l'était parce que j'étais l'enfant gay d'une femme …. sans pouvoir, et d'un père aimant mais absent, qui ne réalisait même pas que sa femme le trompait… que sa femme avait besoin d'affection. Enfin ça n'était pas bien grave et si je survivais à l'année ici à Poudlard, Mère, Emy et moi repartirions tous les trois en Suede, loin des mages noirs et de toutes ces merdes la. En espérant pouvoir amener Juda et sa famille avec nous.

Soit, donc ce n'était pas de la pitié que je ressentais pour mon nouvel ami, mais j'étais tout de même peiné qu'il ne puisse pas faire de Quidditch. Cependant je n'allais pas insister, il avait l'air de s'y résigner et c'était suffisant pour que je change de sujet. Les bonbons, c'était tout de même plus intéressant. Même si finalement le plus intéressant était de passer du temps avec lui. Ça ça serait vraiment chouette.  

Je tapotais du coup le heurtoir qui ouvrirait notre salle commune, et le laissais répondre. Le temps, ça semblait effectivement la plus possible, et la plus… Logique des réponses. Je n'aurais pas répondu autre chose. Peut être que certaines personnes seraient allées chercher beaucoup plus compliqué mais, nous étions des gens simples nous ! Des garçons quoi !

Et alors que la porte s'ouvrait, je pénétrais a la suite de mon nouvel ami à l'intérieur, regardant la magie faire son oeuvre quand la porte se ferma derrière nous. Puis attrapant la main de Phobos je l'entrainais jusqu'à l'un des canapés où je m'installais souvent. On y trouvait même une fléchette cassée, de l'époque de ma période « Kill Yae », un vieux livre sur les animaux et une photo de Maman, sa meilleure amie, moi et Ruby, notre chat noir presque violet.  Souriant un peu, je poussais tout ça, et je m'asseyais nonchalamment, sortant le paquet de bonbons que je posais sur la table basse à coté de nous.

« C'est quoi tes matières préférées ? »    Oui, vous pouviez compter sur moi, pour lancer la conversation, pendant que je croquais dans un caramel.

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Dim 3 Nov - 12:17

Pour une fois, je semblais avoir trouvé une personne qui ne s’apitoyait pas sur mon sort. J’en étais plutôt heureux, car être regardé comme si j’étais un misérable incapable et maudit me faisait parfois beaucoup de mal.

Je suivi Johan jusqu’au canapé où il me menait pour m’y installer à mon tour. Je n’étais pas souvent dans la pièce commune, car je préférais me retrouver seul habituellement, mais ici c’était différent, car Johan semblait vouloir être mon ami et discuter avec moi, chose qui n’arrivait que très peu souvent.

Je soupirai un peu, heureux de m’asseoir enfin après les cours, autre part que sur une chaise peu confortable, et je souris à sa nouvelle question, alors qu’il venait de sortir le paquet de bonbons.

« J’adore l’astronomie ! » Répondit-il presque du tac au tac.

Il était clair que pour cela, ses parents avaient réussi sans faute. Ils avaient transmis à leur fils leur passion et celui-ci le montrait bien lorsqu’il se trouvait en cours. Après tout, ils devaient connaître de nombreuses choses par cœur et, pour moi qui étais assez peu doué pour la pratique, mais possédais une bonne tête, c’était un avantage non négligeable.

Je souris un peu plus après ces quelques paroles, tandis que je voyais Johan prendre un bonbon et le manger ; personnellement, j’étais un peu gêné à l’idée d’en prendre un aussi, mais c’est parce que je n’étais pas habitué à ce que l’on partage des choses avec moi. Pourtant, après avoir réfléchi et m’être souvenir que Johan m’avait proposé de partager avec lui, je finis par en prendre un, moi aussi, pour le porter à mes lèvres avec précaution, histoire de ne pas risquer de le faire tomber et de le gâcher.

« Et toi ? » Demandai-je finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Jeu 7 Nov - 11:05

Parler avec Phobos de tout et de rien n'aurait pas pu me faire plus plaisir. Trouver un ami, était toujours une sacré expérience, qu'il faisait bon vivre, et je souriais. Oublié le contretemps de Juda, et les sous entendus bizarres d'Adison, oublié le danger omniprésent dans le quel nous nous trouvions ne serait-ce que parce que nous étions la, à Poudlard. J'étais assis dans un canapé confortable avec un paquet de bonbons entre nous, et j'étais bien décidé à en apprendre plus sur le jeune homme. Il aimait l'astronomie, vu la rapidité avec la quelle il avait répondu, je pouvais voir oui. Et croquant un peu dans un bonbon je savourais le sucre qui se glissait sur mes lèvres, répandant son gout doux dans mon palais. C'était agréable. Je n'étais pas un gros mangeur, comme Juda, mais j'aimais les sucreries et le réconfort qu'elles apportaient. Bien sur, c'était fortement psychologique, mais c'était comme ça. Un petit bonbon de temps en temps - ou tout un paquet - ça n'avait jamais fait de mal à personne.

Quant à moi ? Quelle était ma matière préférée ? Avalant ce qui restait de la sucrerie, je souriais un peu en répondant à la question qui m'était revenue.

« Le Soin aux Créatures magiques! Et puis la metamorphose, mais pas avec Egillson… Je préférais quand on avait le professeur McGonnagall. Egillson me… Enfin voila. Tu en penses quoi toi ? » Un petit sourire sur mes lèvres je lui laissais le temps de répondre avant de reprendre la parole.

« Et puis j'aime bien l'études des Runes, c'est une matière dans la quelle je me sens à l'aise, mais la encore je pense que la prof y fait beaucoup. Elle est intéressante et ne nous prends pas trop la tête. » Oui quand on me lâchait je parlais beaucoup - un peu comme une fille finalement,- et j'avais encore plein de questions, sans forcement de rapport avec le sujet précedent.

« Tu as des animaux chez toi ? »

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Dim 10 Nov - 20:37


Qui d’autre qu’un Serdaigle pour être heureux de parler des cours ? Je savais qu’il était rare que ce genre de choses arrivent, mais j’adorais discuter des leçons et des choses que j’apprenais en cours. C’était cela, la soif de connaissance. J’aimais également entendre les autres parler de leurs prouesses en sortilège, mais j’avais souvent du mal à les réaliser moi-même, alors cela me rendait légèrement amer. Au moins, en parlant avec Johan, je n’y pensais pas, car je savais déjà qu’il était assez doué puisqu’il était membre de l’équipe de quidditch, chose que je n’aurais même pas la chance d’imaginer être un jour. Je lui avais retourné sa question, tout naturellement, et sa réponse me fit un peu sourire : ces cours étaient de ceux qui me posaient quelques problèmes.

« J’ai été blessé au cours de soin aux créatures magiques l’autre jour. » Dis-je en relevant légèrement la manche de ma cape et ouvrant le bouton de la manche de ma chemise pour dévoiler une cicatrice assez visible. « Heureusement, le professeur est intervenu à temps. C’est un peu dangereux comme méthode de travail… Enfin pour moi. Pour la métamorphose, j’ai un peu de mal, mais j’aime bien les cours en général. En fait, je me préoccupe peu des professeurs, tant qu’ils font un minimum leur travail. »

J’allais d’ailleurs pour refermer le bouton de la manche de ma chemise, mais je manquai de peu le bouton. Je m’y repris à nouveau pour l’attraper et le refermer. Ces choses m’étaient parfois difficiles, mais je n’y pouvais rien. Tout cela était dû à mes problèmes de coordination, mais je ne m’en plaignais pas tellement, car au final si je commençais, tout cela allait être de pire en pire. Je souris un peu à sa question suivante, répondant sans attendre.

« Non, aucun. Tu en as toi ? » Demandai-je, curieux.

Il était vrai que j’avais longtemps souhaité avoir un chien. Malheureusement, comme mes parents étaient fort occupés avec leur travail, je n’avais pas eu l’occasion d’en avoir un et avais du abandonner l’idée. Mes sœurs elles-mêmes regrettaient cette décision, car elles auraient voulu avoir un animal, mais les choses allaient parfois au contraire de nos désirs, et cela je ne le comprenais que trop bien à cause de mes troubles. Je souris un peu à cette pensée, me remémorant la manière dont je souffrais parfois de ne pas pouvoir faire tout comme les autres, mais j’étais réconforté à l’idée que, de temps à autres, je tombais sur une personne comme Johan : une personne capable de comprendre et de chercher au-delà de ce que les gens disent.
Revenir en haut Aller en bas
Johan ★ ┅ Over the rainbow~~
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Johan Vintersen


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Dim 17 Nov - 11:42

Parler de cours était une des choses les plus passionnantes qui soient, pour moi. Parce que j'aimais cette école, j'aimais ce qu'elle nous offrait, le savoir la connaissance, la magie, c'était un rève un peu, pour un gamin qui avait vécu 11 ans de sa vie dans la normalité. Et j'étais ravie quand je rentrais chez moi, d'expliquer à maman et Emy, tout ce que j'avais pu faire. Jamais à papa, parce qu'il n'était pas la. Ah non, ce n'était pas que je souffrais du manque du père ou de quelque chose comme ça. Il n'était juste pas la, et je n'allais pas faire comme si il y'était. A sa place il y'avait Emy, et c'était très bien comme ça. Soit, c'était juste pour l'anecdote. Enfin du coup, on parlait des cours, de ce que l'on aimait, aimait moins… Et je lui parlais de ma passion dévorante pour les créatures magiques. Devorantes oui, c'était le mot approprié, parce qu'il se retrouvait à me montrer une cicatrice qui me fit pâlir un peu.

« Heureusement que le professeur est intervenu. C'est un bon professeur lui aussi ! » En réalité j'aimais presque tous les professeurs, sauf… Egillson, mais évitons de revenir sur lui. Distrait quelques instants, je regardais Phobos galberait avec sa manchette, mais je ne disais rien, il n'avait pas besoin que je l'aide, c'était un grand garçon, alors je changeais un peu de sujet, parce que nous avions fait le tour du premier, et je parlais animaux. Ça me plaisait toujours !

« Quand j'avais 6 ou 7 ans, et que l'on a quitté la Suède, on a du laisser mon chien avec mes grands parents, il n'aurait pas supporté la douane, le confinement tout ça…. Sinon ça fait 6 ans que j'ai un chat maintenant, il s'appelle Ruby, il est presque mauve au soleil, il doit promener quelque part la, il n'aime pas trop la neige, je te le présenterais tout a l'heure. » D'ailleurs, il était passé où celui la… ? Bah, tant pis, il viendrait bien. Enfin elle. « Et tu aurais aimé avoir quoi ? Un chien ? Un chat ? Désolé je pose beaucoup de questions…. »

_________________
Bulle de chagrin, boule d'incertitude, tant de matins que rien ne dissimule. Je veux mon hiver, m'endormir loin de tes chimères... Je sais bien que je mens, je sais bien que j'ai froid dedans. Bulle de chagrin, boule d'incertitude, de nos destins nait que solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Que fais tu à Poudlard ?
Invité


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade Sam 14 Déc - 19:40

« Peut-être… Je ne sais pas trop, j’en ai un peu peur. » Dis-je en réponse à son commentaire sur le professeur de soin aux créatures magiques.

Je devais avouer que Monsieur Shimazaki m’impressionnait un peu, voire m’effrayait grandement. Dans un sens, il était normal que le je craigne vu les cours qu’il donnait et leur dangerosité, mais je ne cessais d’avoir l’impression que j’étais en tort si je m’étais blessé. C’était moi, celui qui n’avait pas pu se protéger de cette créature. Je n’osais imaginer ce que je serais devenu s’il n’avait pas réagi à temps.

Je l’écoutai ensuite lorsqu’il qu’il parla d’animaux et je répondis tout naturellement à sa question, lui renvoyant par la suite sans manquer d’écouter la réponse. Il avait du abandonner son chien là-bas ? C’était malheureux quand même… Enfin, je pensais cela mais je n’avais jamais eu d’animal, alors peut-être me trompais-je… Johan avait déjà changé de sujet, alors je l’écoutai avec attention tandis qu’il me parlait de Ruby, son chat… et me demandait quel animal j’aurais souhaité avoir ? Je souris un peu à cette question car je venais d’y penser quelques secondes plus tôt.

« Nous aurions voulu avoir un chien, mes sœurs et moi. Mais mes parents n’avaient pas le temps de s’en occuper et nous considéraient comme trop jeune. » Dis-je en riant un peu.

Non, ils n’avaient pas simplement décidé ça par plaisir de décevoir leurs enfants, c’était clair. Je souris un peu à cette pensée. Bien que je regrette de ne pas avoir eu d’animal, je comprenais la décision de mes parents, peut-être même mieux que mes sœurs le faisaient à l’époque.

« Je trouve ça bien d’être curieux, surtout lorsque l’on ne risque rien en l’étant! » Continuai-je en réponse à ses derniers mots.

Je n’étais pas tellement dérangé par les questions, plus maintenant que j’avais discuté avec lui plus de cinq minutes. Habituellement, j’étais du genre à attendre que les gens viennent vers moi, mais désormais j’aurais moins peur lorsqu’il s’agirait d’aller parler à Johan. Je le saluerai au moins dans les couloirs quand je le verrai. C’était bien, non ? J’aurais peut-être l’air un peu moins associable aux yeux des gens de ma maison après…
Revenir en haut Aller en bas


Que fais tu à Poudlard ?
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade

Revenir en haut Aller en bas

PHOBOS&JOHAN – Don't rain on my parade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Upsidedown :: Poudlard :: Deuxième étage :: Couloirs-
Sauter vers: