††
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Et voila, l'aventure touche à sa fin ~ Forum Fermé. Bonne continuation à tous.

Partagez|

REN&JUNHO - Moshi moshi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: REN&JUNHO - Moshi moshi Sam 19 Oct - 23:15

Faire des choses, faire des choses, et encore faire des choses … Si je ne voulais pas penser continuellement, ressentir ce manque que j’avais lorsque je n’avais pas ça à faire, il fallait que je trouve des occupations. En fait j’avais beaucoup de choses à faire, je devais étudier et … En fin de compte non, je n’en avais pas tant que ça … Cependant, il y avait bien une chose que je pouvais faire, ou que je devais faire plutôt, et c’était aller à l’entraînement de quidditch. Je n’y avais pas pensé avant d’être sur le chemin du terrain, mais je n’avais encore dis à Ren que je faisais partie de l’équipe de poufsouffle. D’un côté, comment j’aurais pu lui dire cela ? Ca ne me paraissait pas très important comme information, et je me voyais mal dire ça d’un coup alors que la conversation n’avait aucun rapport. Il ne m’en voudrait pas de ne pas le savoir, si ?

Bien entendu, tout le monde pensait que j’étais un garçon. Ca n’aurait pas changé grand-chose que l’on pense le contraire, enfin je pense, mais ça s’était installé ainsi puisque je n’avais pas commencé à jouer récemment. De toute façon, je n’avais pas d’affinité particulière avec le reste de l’équipe, c’était juste un moyen de rester en contact avec des gens malgré tout, même dans les moments où j’avais juste envie de rester seule. A partir du moment où j’y étais entrée, je m’étais sentie obligée d’y aller quelque soit mon état, alors je le faisais. Mine de rien je m’impliquais quand même un peu dans la vie de l’école, non ?

J’avais un peu de mal à utiliser la baguette, j’évitais le plus possible de devoir le faire, mais le balai ça ne me bloquait pas. Ca me faisait moins peur, je voyais moins les dangers et l’aspect un peu … Enfin il ne fallait pas dire de formule ou de trucs comme ça. Bref, j’étais à mon poste de gardien, comme d’habitude. Déjà en temps normal, je me préparais psychologiquement à me prendre une balle, mais là il y avait encore plus de chances que ça arrive, parce que je n’étais pas du tout concentrée … Une semaine … Ca faisait une semaine que je ne l’avais pas vu, mais ça me paraissait bien plus long.

Je m’en étais doutée, que le temps qui passerait après avoir quitté Ren me semblerait deux fois plus long, mais j’avais un peu espéré que ça ne soit pas autant. Il me manquait, et ça je ne pouvais pas le mettre dans un coin de mon esprit et l’oublier, c’était impossible, et garder le collier qu’il m’avait offert toujours sur moi n’aidait pas vraiment. De toute façon je n’avais pas vraiment le choix, je devais le laisser travailler, je devais moi de mon côté faire toutes ces choses que les élèves sont censés faire … Je n’avais pas voulu aller le voir pour ces raisons, pour ne pas prendre le risque d’avoir l’air trop présente et que je finisse par l’ennuyer.

Vraiment, j’aurais du être capable d’oublier tout ça juste un moment, pour ne pas me perdre dans mes pensées alors qu’on était en plein entraînement. Finalement, j’en étais tirée en me prenant un souafle en plein dans le visage, tombant de mon balai à cause du choc et de la surprise aussi un peu. Heureusement que je n’étais pas très haut … Je me retrouvais par terre, bien que j’en avais un peu l’habitude à force, complètement sonnée. Au bout d’un moment, je me tournais un peu pour me mettre sur le dos, posant une main sur mon nez en sentant du sang couler. A vrai dire, j’étais complètement déconnectée, il pouvait se passer n’importe quoi à côté de moi je ne l’aurais pas remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 20 Oct - 13:30

Je travaillais encore. Chaque jour, c’était la même rengaine : les élèves venaient me voir pour une blessure ou un mal quelconque et moi, sage infirmier que j’étais, je m’occupais d’eux pour qu’ils se sentent à nouveau mieux. C’était parfois compliqué, car je n’avais toujours pas réussi à revenir aux pratiques magiques, mais je m’appliquais à ne laisser aucune marque sur les patients que je soignais : j’avais toujours été ainsi, même lorsque je travaillais dans un hôpital moldu. Je savais qu’il était difficile de supporter son image une fois que l’on a été gravement blessé, alors je préférais éviter de laisser des marques aux gens. C’est pourquoi je me débrouillais toujours pour laisser les blessures plus graves aux bons soins du reste du personnel de l’infirmerie, histoire de ne pas risquer de défigurer quelqu’un à vie.

J’avais de la chance car, par moment, j’avais l’occasion de vivre des situations légèrement différentes, des moments où l’on me faisait quitter l’infirmerie pour travailler. Bien que cela était souvent le signe qu’une personne nécessitait des soins sans pouvoir venir jusqu’à l’endroit où je travaillais, cela me permettait de quitter la pièce et de faire autre chose que tourner en rond pendant des heures et à penser à la même chose tout le temps… ou plutôt à la même personne. Effectivement, je pensais toujours à Junho, quelle que soit l’heure, et je voulais la revoir aussi souvent que possible ; malheureusement, nos horaires ne le permettaient pas réellement, et je devais me contenter de penser à elle et d’espérer qu’un jour nous trouverions le temps de nous voir. L’on ne s’était plus vu depuis son anniversaire, ce qui m’ennuyait un peu car j’ignorais comment elle était rentrée à la salle commune, si tout allait bien, et bien d’autres choses encore… Je devais pourtant essayer de ne plus y penser et me calmer, juste pour pouvoir travailler correctement, sans trop m’inquiéter.

Pour cette raison, je fus presque heureux lorsque l’on me dit avoir besoin de moi à l’extérieur. Visiblement, un élève de l’équipe de Poufsouffle s’était blessé en tombant de balai lors de l’entraînement de quidditch, après s’être pris le souafle dans la figure. Je pris donc mon matériel, me dépêchant sur les lieux afin de ne pas risquer de laisser la blessure s’infecter. Malheureusement, alors que je pensais trouver cela rafraîchissant, cette idée de sortir travailler au grand air, je fus bien plus surpris qu’autre chose car la personne blessée n’était autre que Junho. L’ayant reconnue, je pressai légèrement le pas avant de m’agenouiller à côté de Junho, ouvrant avec un certain empressement ma trousse pour y trouver de quoi faire, sans encore y toucher.

« Monsieur Masaka? Vous risquez d’avoir mal, je vais devoir toucher votre nez. »

Mes mains tremblaient légèrement lorsque je vins tâter légèrement les côtés du nez de ma petite amie, essayant de voir si sa blessure allait nécessiter une reconstruction ou non, chose que je n’aurais pas pu faire en tant que simple infirmier. Je fermai les yeux pendant quelques secondes, essayant de contrôler mon stress du moment afin de ne pas laisser comprendre certaines choses aux autres personnes présentes, et je vérifiais l’arête de son nez de même que ses côtés, cela avant de m’adresser à nouveau à elle.

Je finis par prendre de quoi nettoyer son nez, le passant plus franchement aux endroits où elle n’était pas blessée, moins là où elle risquait d’être sensible à cause de sa blessure. Ensuite, je cherchai dans mon sac de quoi la soigner plus réellement.

« Pourriez-vous vous redresser ? Je vais essayer d’arrêter le saignement. » Lui dis-je en lui prenant de quoi boucher ses narines pour qu’elles arrêtent de saigner.

J’étais réellement inquiet pour elle, car les chutes pouvaient avoir de graves conséquences, cela se voyait sur mon visage… Je tentais pourtant de faire passer cela pour une simple inquiétude normale, comme si j’agissais ainsi avec tout le monde, alors que c’était faux.

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 20 Oct - 15:25

On a tous un défaut, un plus prononcé que les autres, et que l’on ne peut pas modifier ou faire disparaître, parce qu’il fait parti de notre caractère et donc de la personne que nous sommes. Pour moi, c’était probablement la maladresse. En me prenant ma baguette, Ren avait pensé qu’ainsi je tomberais moins, mais en réalité ce n’était pas vraiment le cas. C’est vrai que ça réduisait un peu le nombre de bêtises que je pouvais faire dans une journée, mais sans de licorne ou non, j’en faisais quand même, c’était plus fort que moi. Je ne sais pas vraiment ce qui m’était passé par la tête ce jour-là, mais je n’avais pas pensé que ne pas être du tout concentrée lors d’un entraînement de quidditch pouvait être dangereux, et pourtant c’était totalement logique. Peut-être que la prochaine fois, j’y penserais …

J’étais en quelque sorte contente de m’être pris la balle dans la figure, ainsi ça m’avait fait fermer les yeux et que je n’avais pas vu ma chute. S’il y avait bien une chose que je détestais quand je tombais, c’était bien ça. Enfin il y avait aussi des désavantages à me l’être pris à cet endroit-là plutôt qu’ailleurs, dans le bras ou dans le ventre par exemple, comme la douleur que me faisais ressentir mon nez. J’avais posé une main dessus sans appuyer, pensant que ça suffirait peut-être, restant allongée sur l’herbe sans vraiment faire attention s’il y avait des gens autour ou non. J’avais l’impression d’être seule, de n’être même pas à un entraînement. En fait, je ne savais pas vraiment où j’étais.

J’aurais du m’en douter, que quelqu’un appellerait un membre du personnel de l’école pour venir voir ce que j’avais et éventuellement le soigner s’il y en avait besoin, mais moi je pensais qu’on me donnerait juste un peu de temps pour me remettre du choc et me relever pour continuer. En entendant quelqu’un prononcer mon nom et me dire qu’il allait devoir regarder mon nez, je n’avais pas bougée, ma main toujours au dessus.


« Jamais. »

Ca aurait pu être n’importe quel infirmier, mais en ouvrant les yeux je me rendis compte que c’était Ren qui était venu et qui venait de s’adresser à moi. Je n’avais même pas reconnu sa voix … Qu’est ce que je me sentais bête maintenant … Comme par hasard, le jour où je m’étais dis qu’il ne savait pas que je faisais du quidditch, je me blessais et c’était lui qui venait. C’était peut-être mieux ainsi, parce que si ça avait été quelqu’un d’autre, je ne suis pas sûre que j’aurais eu le courage d’aller voir après avec mon nez dans cet état. Je retirais finalement ma main, ayant plus confiance que ça n’aurait été le cas avec quelqu’un d’autre, pour le laisser faire.

« D’accord … »

Il faisait attention, mais qu’est ce que ça faisait mal … Je m’étais fait mal un bon nombre de fois dans ma vie, mais j’avais eu la chance de ne jamais rien me casser, alors je n’avais pas vraiment l’habitude de ce genre de douleur. Avoir le nez cassé … Ca faisait vraiment peur de se dire ça, c’était mon nez … Je laissais quand même mon petit ami le toucher, faisant tout mon possible pour retenir des larmes, et je réussissais plutôt bien même si ça se voyait clairement sur mon visage.

Je me redressais un peu jusqu’à être assise comme il venait de me demander pour qu’il puisse faire son travail, ne disant toujours rien. Enfin je ne savais pas quoi dire, il devait sûrement être inquiet pour moi et … J’étais contente de le voir malgré la situation ?


« Tu parles bizarrement, je comprend pas … »

Je n’avais toujours pas pris conscience que j’étais sur le terrain, avec des personnes à proximité … En plus de cela, il y avait Ren, alors ça m’en donnait encore moins l’impression, mais le fait qu'il me vouvoie et qu'il m'appelle monsieur me paraissait vraiment étrange. Franchement, ça n’allait pas, et je n’y voyais pas très bien non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 20 Oct - 18:06

J’avais été légèrement contrarié au moment où Junho m’avait dit qu’elle ne me montrerait jamais son nez en gardant sa main dessus. Quelque part, j’avais envie de me dire qu’elle ne m’avait pas reconnu, car elle saignait et avait sans doute trop mal pour penser à la personne qui était occupée à lui parler, mais j’étais légèrement blessé par ses paroles. Néanmoins, j’avais fait mon travail et cherché à savoir si son nez était simplement cassé ou si la blessure était bien plus grave : par chance, cela n’était pas trop sérieux et j’allais pouvoir me charger des soins de ma petite amie, même si les autres n’étaient pas censés être mis au courant de ce qui se passait entre nous.

Le pire dans toute cette histoire, c’était peut-être l’expression qu’avait Junho. Elle avait mal, je pouvais le voir, et je n’osais même pas l’imaginer. Cela me faisait beaucoup de peine, car je savais que si je voulais faire mon travail correctement, je devais continuer à toucher son nez et le soigner correctement, même si cela lui faisait mal. D’un autre côté, elle avait du être bien distraite pour prendre la balle en pleine figure alors qu’elle était sur son balai… Un cognard, encore, j’aurais pu le comprendre, mais pas le souafle ! Quelque part, je me questionnais sur les raisons qui l’avaient menée à penser à des choses autres et à oublier ce qu’elle faisait, mais je n’étais pas sûr d’avoir envie de savoir. Si j’avais su ce à quoi elle pensait, sans doute m’en serais-je voulu deux fois plus.

« Je sais, je sais. Avais-je répondu à voix plutôt basse tandis que je plaçais correctement ce que j’avais pris pour arrêter le saignement. Ca devrait arrêter l’hémorragie. »

Je savais parfaitement que je ne m’exprimais pas comme je le faisais habituellement, mais j’y étais bien forcé. Je fermai les yeux pendant quelques secondes, réfléchissant encore avant de prendre de quoi bloquer son nez afin qu’il ne gonfle pas trop et ne risque pas de se faire plus mal et, quelques secondes plus tard, je plaçai cela sur le haut de son nez avec une certaine application. Je m’étais mis à genoux pour ne pas risquer de tomber, et je tentais encore d’empêcher mes mains de trembler. Ce n’était qu’une blessure au nez, mais j’avais peur de ce qui aurait pu lui arriver de pire : j’avais tellement peur de monter sur un balai… et elle ne le savait même pas. Tout ça à cause d’une chute stupide…

Après quelques secondes, je me redressai un peu, posant mon regard sur le bandage étrange qu’elle portait désormais sur le nez, avant de lui poser une question bien simple, car je me doutais qu’elle avait avec mal à la tête et au nez.

« Tu veux un anti-douleur ? » Avais-je demandé, la tutoyant à nouveau après que les autres se soient dispersés, légèrement désintéressés par la situation qui s’était calmée depuis que j’étais arrivé et avait pris en main les choses.

« Je te déconseille de remonter sur un balai aujourd’hui. Tu risques d’avoir la nausée et mal à la tête pendant un moment. Après tout, c’est un mauvais choc à la tête. »Continuai-je, prenant de quoi m’essuyer les mains dans mon matériel, lui tendant ensuite un autre morceau pour qu’elle en fasse de même.

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 20 Oct - 19:46

Après m’être rendu compte que c’était Ren qui se tenait à côté de moi et qui m’avait parlé, je m’en voulais un peu d’avoir répondu directement, sans aucune hésitation, que jamais je ne le laisserais toucher à mon nez. Bien entendu, si j’avais su que c’était lui, j’aurais accepté sans rien dire et j’aurais enlevé ma main directement … Malgré le fait que je me montre complètement confiante en sa présence, j’étais loin d’être ainsi avec les autres, et ça pouvait parfois paraître un peu froid, comme il avait pu en faire l’expérience à l’instant. J’avais tout de même fini par le reconnaître, une fois les yeux ouverts, et l’avait laissé m’examiner avant de me redresser en lui obéissant bien sagement, profitant de ces quelques secondes de répit où personne ne touchait à mon nez.

Je ne me rendais pas vraiment compte de ce que je disais compte tenu du fait que ça ne faisait que quelques minutes que j’avais fait ma chute et qu’en plus ça je venais de me relever, cela suffisant à me renforcer mon mal de tête. Enfin j’avais mal partout mais surtout à la tête, sans compter mon nez bien sûr. Alors après avoir remarqué que Ren me parlait d’une façon plutôt étrange dans les quelques phrases qu’il m’avait adressé, j’avais fais un commentaire traduisant mon incompréhension totale à ce sujet. On était vraiment proche, comme un couple pouvait l’être, alors l’entendre utiliser le vouvoiement et encore pire le masculin en me parlant … Ca m’avait peut-être un peu blessée au fond …

Je tournais mon regard vers lui quand il affirma à voix basse savoir qu’il parlait d’une façon différente comparée à d’habitude, restant immobile pour ne pas le gêner dans les soins en le faisant bouger. Je prenais le temps de réfléchir quelques instants, le temps qu’il fasse ce qu’il fallait pour arrêter mon nez de saigner avant de reprendre la parole, n’ayant toujours pas compris pourquoi il faisait cela, et pas à voix basse comme il l’avait fait.


« Pourquoi ? »

A ce moment là, j’avais peur de la raison. C’était complètement stupide parce qu’en réalité, c’était juste parce que l’on était pas seuls, mais moi j’avais peur qu’il ne m’aime plus. Mais pourquoi ? Suite à la soirée qu’on avait passée ensemble ? J’avais tellement peur de le perdre pour une erreur de ma part, que je n’ai pas l’occasion de rattraper de celle-ci ou que j’en fasse d’autres … Je le laissais placer une sorte de bandage sur le haut de mon nez en fermant les yeux à cause de la douleur. Je les rouvrais une fois cela fait, posant mon regard sur Ren après qu’il m’ait proposé un anti-douleur. En effet, ce n’était pas de refus …

« S’il te plait … »

J’étais plutôt contente qu’il se remette au moins à me tutoyer bien que je ne comprenne pas vraiment pourquoi puisque je n’avais pas remarqué de différence, n’étant pas capable de faire attention aux autres personnes présentes dès le départ. Je laissais échapper un soupir quand il me déconseilla de remonter sur mon balai pour la journée … J’aurais voulu pouvoir continuer, parce que c’était la seule chose que j’avais à faire … Enfin ce n’était pas la seule, mais c’était bien la seule qui me permettait de ne pas m’en vouloir en ce qui concernait mon manque d’étude. La seule sans compter rester avec Ren, mais là je me doutais que celle-ci n’était pas possible puisqu’il travaillait …

Je pris ce qu’il me tendait pour essuyer le sang qui avait coulé sur la main que j’avais posé sur mon nez, me relevant ensuite complètement. Je m’arrêtais quelques instants en fermant les yeux pour essayer de ne pas tomber à nouveau, regardant mon petit ami ensuite sans oser tenter de faire un pas pour le moment, sentant que je n’étais pas très stable.


« Je vais faire quoi alors ? … Je peux pas juste essayer ? »

J’étais probablement têtue et même peut-être inconsciente de demander si j’avais le droit d’au moins essayer de remonter sur mon balai pour revenir à mon poste et continuer l’entraînement, mais je trouvais ça horrible de me dire que j’avais revu Ren quelques minutes, qu’il allait repartir et que je me retrouverais à rien faire et à souffrir dans mon coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 20 Oct - 21:36

J’étais triste de ne pas pouvoir parler à Junho comme je l’aurais fait si nous avions été seuls. Si cela avait été le cas, je l’aurais tutoyé sans aucun problème, l’aurait serrée dans mes bras et aurais tenté de lui faire penser à autre chose qu’à la douleur qu’elle devait ressentir, mais ce n’était malheureusement pas le cas : Junho et moi étions entourés de personnes extérieures qui ne devaient pas savoir de quoi il retournait entre nous. Sa réponse m’avait un peu blessé, mais je savais que ce n’était pas de son fait, alors j’avais laissé passer sans réellement me préoccuper de sa réaction, ce jusqu’à ce qu’elle me pose une question, quelques secondes après que je lui ai répondu, assez discrètement tout de même, que je savais que je lui parlais différemment.

A ce moment, mon regard se posa sur elle et, au lieu de la regarder sévèrement, comme j’aurais pu le faire en ayant conscience que nous étions entourés d’étrangers à notre relation, je me contentai de lui répondre d’une voix calme, tout aussi posée qu’elle l’était la première fois, afin de ne pas éveiller de soupçons, bien qu’elle me parle à voix haute, et donc de manière totalement audible pour les autres personnes présentes. Je gardai, pendant ce temps, mon regard ancré dans le sien.

« Parce que c’est toujours ainsi que je parle à mes patients… »Expliquais-je de la manière la plus neutre possible.

Sans doute aurais-je pu ajouter « normaux »… mais cela aurait risqué de mettre la puce à l’oreille des plus curieux, alors j’avais préféré faire comme si de rien n’était et lui répondre d’une manière aussi neutre que possible, essayant de faire passer le message dans mon regard pour qu’elle comprenne à quel point il était important qu’elle joue le jeu, même si elle n’en avait aucune envie.

Quand je lui proposai un antidouleur, alors que les autres étaient partis, j’avais recommencé à la tutoyer. Je n’avais jamais aimé être aussi formel avec les personnes auxquelles je tenais et, Junho étant ma petite amie, il était clair que je n’allais pas vouloir me comporter d’une manière distante avec elle. Sa réponse me fit légèrement sourire et, doucement, je pris dans ma pochette de quoi apaiser sa douleur, lui tendant ensuite.

Je vis ensuite Junho se redresser, me demandant si elle allait réussir à tenir debout et, entendant ses paroles, je fronçai légèrement les sourcils. Non, il n’était pas question qu’elle tente de remonter sur un balai. Pas avant demain, si ce n’était pas avant plusieurs jours : c’était bien trop dangereux.

« Non, tu ne peux pas. » Dis-je d’une voix légèrement plus sévère qu’auparavant. « Tu peux aller dormir au dortoir, à l’infirmerie ou aller réviser à la bibliothèque si tu veux, mais tu ne peux surtout pas remonter sur ce balai. Tu as envie de te tuer en tombant ? »

J’avais terminé ma phrase sur un ton légèrement plus bas, plus inquiet et plus affecté. Je ne réalisais pas à quel point il était risqué de parler ainsi à ma petite amie, mais comme il n’y avait presque plus aucune personne autour de nous, ses camarades étant doucement retournés s’entraîner, je ne voyais plus autant de risques désormais.

« Tu dois te reposer. Il y a toujours des places à l’infirmerie si tu veux, tu seras plus au calme que dans un dortoir. »

Je devais bien l’avouer, j’avais peur qu’elle fasse un malaise ou une quelconque chute à cause de sa blessure actuelle. Aussi, je me sentirais bien plus rassuré de la savoir en sécurité à l’infirmerie, avec moi, capable de la soigner si quelque chose n’allait pas. Je lui adressai un petit sourire avant de rassembler mes affaires, rassemblant les choses à jeter dans un coin prévu à cet effet, et je me redressai avant de tendre un bras à Junho pour qu’elle s’en serve comme d’un appui si elle avait envie d’aller se reposer, suivant mon conseil.

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Lun 21 Oct - 20:44

Pourquoi il me parlait de cette façon, alors que j’étais sa petite amie ? Un tas d’explication m’avaient traversées l’esprit, sûrement toutes les possibilités, et pourtant la seule qui était vraie, et peut-être même celle qui aurait été la plus logique parmi toutes, ne m’était même pas venue à l’idée. J’étais trop déboussolée pour me rendre compte qu’il y avait des gens autour de nous et que par conséquent il ne fallait surtout pas qu’il se doute de notre relation. On n’avait fait tellement d’efforts jusque là pour la cacher que ça aurait été horrible qu’elle soit découverte maintenant, à cause de moi en plus … J’avais donc naturellement posé la question, pour avoir une réponse à cette question-là.

J’avais soutenu le regard de Ren avant qu’il ne réponde, attendant qu’il ouvre la bouche pour me donner une quelconque réponse. Peut-être qu’au fond, j’espérais avoir une réponse un peu moins neutre et distante que celle-ci, mais il était évident que ça n’aurait pas pu être le cas. Je n’avais rien de plus face à son regard, comprenant que ce n’était pas vraiment le moment pour dire quelque chose à propos de cela. Pourtant, je ne pouvais pas nier que de l’entendre dire qu’il me parlait ainsi parce que c’était comme ça pour tous les patients ne m’avait pas fait un drôle d’effet … Un peu comme un avant-goût de si on se séparait un jour et que moi je continuerais à l’aimer.

Je m’étais finalement relevée après m’être essuyé les mains, faisant mon possible pour tenter de garder mon équilibre avant de parler à Ren à propos de cette histoire de balai. J’avais bien pris l’anti-douleur qu’il m’avait donné mais je savais qu’il ne ferait pas effet immédiatement alors autant me lever maintenant puisque de toute façon je n’allais pas attendre assise ici. En voyant l’expression qu’il avait sur le visage, je me doutais un peu de sa réponse par rapport à ma demande, mais je pouvais toujours espérer.

Aller dormir, ou pire aller réviser … Ca donnait envie … J’étais bien loin d’avoir envie de me tuer en tombant une nouvelle fois, mais je n’avais pas envie de faire toutes ces choses non plus, pas envie d’être toute seule. En plus je dormais mal et on ne pouvait pas dire que j’aimais réviser, alors … Réessayer de revenir à mon poste de gardien le temps de l’entraînement m’avait paru être la meilleure occupation pour moi, mais apparemment je n’en avais pas le droit à cause de ma blessure. Je baissai légèrement la tête, la secouant doucement de droite à gauche pour signifier que non, je ne cherchais pas à mourir en voulant cela.

Je réfléchis quelques instants après qu’il m’ait proposés l’alternative de l’infirmerie. D’un côté j’avais envie d’accepter, mais d’un autre est-ce que ça ne serait pas dur d’être dans la même pièce sans pouvoir lui parler ou avoir un quelconque contact ? Au final, peut-être que c’est le sourire qu’il m’a adressé à ce moment-là qui m’a aidé à choisir. Je voulais venir avec lui … Peut-être que j’aurais accepté n’importe quoi s’il me l’avait demandé avec le sourire en fait.


« Je vais venir. »

J’attendais donc qu’il range ses affaires en restant à ma place, m’approchant un peu une fois cela fait pour attraper le bras qu’il me tendait. Je ne voulais pas le tenir seulement parce que j’avais l’occasion de le tenir par le bras, mais surtout parce que j’en avais besoin, bien que je m’étais toujours passée de ce genre d’aide. Comme pour appuyer mon besoin d’un appui, les quelques pas que j’avais faits avaient visiblement étaient déjà de trop et je trébuchais, m’agrippant quand même au bras de mon petit ami pour me rattraper avant de me relever le plus rapidement possible.

« Désolée ! »

Oui, ça me gênait un peu d’être tombée … Pourtant ce n’était pas de ma faute mais bon … Enfin j’étais prête à le suivre maintenant, et sans trébucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Jeu 24 Oct - 22:08

Parfois, je m'inquiétais énormément pour Junho; bien plus que je ne l'aurais du. Cela, c'était simplement parce qu'elle était maladroite, qu'il lui arrivait des malheurs sans même qu'on puisse y faire quoi que ça soit. J'avais pensé l'aider lorsque j'avais pris sa baguette et lui avait donné la mienne, mais cela semblait être une erreur. Junho était maladroite de nature, bien qu'elle ait toujours pensé que sa malchance était causée par ce baton magique... Quelque part, je m'en voulais d'être incapable de lui enlever cette maladresse, car j'avais peur qu'il lui arrive quelque chose de grave, un de ces jours, en mon absence. J'y avais pensé pendant tout le temps qu'il m'avait fallu pour la soigner. J'y avais pensé en nettoyant son nez, en lui mettant de quoi arrêter l'hémorragie, et même quand je lui avais donné de quoi essuyer ses mains souillées de rouge.

J'espérais que l'antidouleur que je lui avais donné un peu plus tôt suffirait à faire passer, au moins un peu, la douleur qu'elle ressentait. J'avais peur qu'elle garde une marque de cette chute, car il me semblait avoir compris qu'elle ne s'appréciait pas réellement. Aussi, j'étais anxieux. Heureusement, j'arrivai à passer au dessus de tout cela pour lui proposer d'aller se reposer à l'infirmerie au lieu de rester là et de tenter de remonter sur un balai, ce qui me semblait la plus inadéquate des idées en cet instant. Je n'avais vraiment pas envie qu'elle risque sa vie en montant sur un tel objet en étant sonnée... En plus, j'avais peur des balais, je n'avais plus voulu monter sur l'un d'eux depuis la chute que j'avais faite, quelques temps après l'incident qui m'avait rendu muet.

Je hochai un peu la tête, heureux qu'elle accepte, lorsqu'elle me dit qu'elle allait venir à l'infirmerie. Là bas, au moins, je serais sûr qu'elle ne tombait pas dans les pommes, ni même sur le sol après avoir voulu monter sur son balai. Junho était têtue, peut-être même plus que moi, alors je n'avais pas envie de la laisser seule maintenant qu'elle s'était blessée: je m'en serais voulu mille fois plus si quelque chose de malheureux lui était arrivé...

M'étant finalement relevé, j'avais tendu la main à Junho qui, peu après, la saisit. J'étais très attentif à ce qu'elle faisait, car j'avais peur de la voir tomber, boîter ou même se faire encore plus mal qu'elle ne l'avait déjà et, lorsqu'elle trébucha, s'agrippant à moi, je la soutins comme je le pouvais, l'empêchant de s'écrouler sur le sol de manière lamentable. Ensuite, je lui adressai un nouveau sourire, reserrant légèrement ma prise sur son bras pour éviter qu'elle ne retombe et, ainsi, je l'avais emmenée vers l'infirmerie où, quelques longues minutes plus tard, je la fis installer sur l'un des lits présents.

« Si quelque chose ne va pas, tu m'appelles, d'accord? »

Je m'en faisais beaucoup, peut-être même trop, mais pouvait-on réellement demander à un petit ami d'être posé dans un moment comme celui là? Junho était tombée, elle s'était cognée au nez, donc à la tête... c'était très dangereux et, en tant qu'infirmier, je ne le savais que trop bien. Aussi, j'avais réellement peur qu'elle se soit blessée.  Au bout d'un moment, je repartis faire mon travail, occupé à réfléchir à des choses et à d'autres et, alors que l'infirmerie semblait s'être calmée, je m'approchai d'elle, lui adressant la parole d'une voix plutôt calme.

« Junho? Je peux te poser une question? »Demandais-je.

C'était plutôt une question rhétorique, car quelques secondes plus tard, je venais déjà m'installer face à elle pour lui poser une question, profitant de cette accalmie et de l'absence de patients dans l'infirmerie, car la question était, en fin de compte, plutôt gênante à poser à ma petite amie, mais essentielle.

«  Tu prends quelque chose pour éviter de tomber enceinte? »

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Ven 25 Oct - 18:46

J’avais fortement pensé à continuer l’entraînement malgré ma blessure et ma chute, mais je me rendais compte que c’était Ren qui avait eu raison en m’interdisant de remonter sur mon balai. D’ailleurs, s’il ne m’avait pas proposé de venir à l’infirmerie avec lui, qu’i m’avait laissée là ou même juste ramenée dans l’école, j’aurais probablement réessayé d’aller m’entraîner au bout d’un moment même si je devais marcher à nouveau jusqu’au terrain, bien décidée à faire quelque chose de ma journée pour une fois. Je ne voyais pas d’autre moyen de me rendre utile comme Ren avait à part celui de tout faire pour jouer correctement pour mon équipe lors des prochains matchs. Alors j’avais accepté de venir avec lui, au moins pour passer ne serait-ce que quelques minutes au bras de mon petit ami.

Je n’avais pas vraiment pris conscience que j’avais tord en pensant que j’étais capable de continuer comme si je n’étais pas tombée, que les soins et l’anti-douleur que j’avais eu suffisaient, du moins jusqu’à ce que je tombe en m’accrochant au bras que Ren m’avait tendu. Après m’être relevée tout m’excusant, j’aurais voulu pouvoir lui rendre le sourire qu’il m’avait adressé, mais la seule chose dont j’avais envie maintenant c’était de pleurer. Mais non, j’étais capable de retenir mes larmes, et j’en étais bien heureuse parce que l’on était encore sur le terrain de quidditch …

On arrivait finalement à l’infirmerie où je le suivait de nouveau en baissant légèrement la tête jusqu’à un lit. J’étais venue ici pas mal de fois, mais il n’y avait jamais eu personne, ou alors elle partait quand j’arrivais ou bien l’inverse, alors le fait qu’il y ait d’autres élèves était assez intimidant. C’était comme si ça me signifiait que je venais ici en tant qu’élève à soigner, comme ça serait le cas pour n’importe qui, et pas autre chose. Je m’installais sur le lit, restant assise sur le bord quelques instants, m’obligeant à faire un petit sourire lorsque Ren me dit de l’appeler si j’en avais besoin. J’avais eu envie de répondre, mais ce que j’aurais dit aurait paru trop familier aux yeux des autres … Je n’étais pas censée tutoyer l’infirmier, et c’est ce que j’aurais fait par réflexe alors il valait mieux que je me taise …

Une fois Ren parti faire son travail, je montais un peu plus sur le lit pour m’asseoir au fond, mettant le coussin contre la tête de lit pour pouvoir m’y adosser sans avoir trop mal au dos. Bon … Pas grand-chose à faire ici non plus … Je poussais un soupir, reportant mon attention sur mon petit ami pour le regarder soigner les élèves présents. J’avais déjà souhaitée pouvoir être dans l’infirmerie sans que ma présence paraisse étrange, juste pour garder un œil sur lui, mais en fin de compte c’était un peu frustrant de l’avoir aussi près sans pouvoir ne serait-ce lui parler.

Je finis par arrêter de le regarder, préférant essayer de m’occuper à autre chose en attendant … En attendant quoi ? J’attendais quoi en fait ? Mon nez n’allait pas guérir immédiatement alors … D’ailleurs je posais doucement mes doigts sur le bandage en faisant attention de ne pas trop appuyer, juste pour tenter de me faire une idée de ce à quoi mon nez devait ressembler en dessous. Je sursautais quand j’entendis la voix de Ren, enlevant rapidement mes mains de mon visage et en tournant la tête vers lui en hochant la tête, lui faisant un sourire en lui suivant du regard lorsqu’il s’installait devant moi.


« Mh, oui ! »

J’avais eu l’impression que le temps passait lentement au départ, mais je ne l’avais même pas vu passé, ne remarquant pas que l’infirmerie s’était vidée au fur et à mesure, trop concentrée sur mon nez. Au moins, j’avais moins mal maintenant, sûrement grâce à l’anti-douleur qui avait fini par faire effet. En tout cas je m’attendais à ce qu’il me pose cette question, ce qui me fit le regarder avec étonnement, et peut-être légèrement paniquée aussi.

« Non ! Je devrais ? Qu’est ce que je suis censée faire ? Tu crois que … ? Haaaanw .... »

On ne m’en avait jamais parlée de ces trucs-là ! Moi tout ce qu’on m’avait appris c’était la magie noire, je n’avais pas le temps pour ce genre de choses. Et puis, on avait été plutôt proches quelques jours plus tôt, alors qu’il me pose cette question maintenant me faisait prendre conscience de choses que je n’avais pas réalisé avant. C’était légèrement stressant, et ça faisait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Ven 25 Oct - 23:01

Bien que j'aie réellement envie de discuter avec Junho, j'avais bien été obligé d'aller travailler et m'occuper des autres élèves. Quelque part, cela ne me dérangeait absolument pas, car je restais réellement passionné par mon métier, mais il était vrai que mon sens des priorités avait été légèrement bouleversé depuis que Jun était rentrée dans ma triste existence. Depuis, elle ne l'était plus réellement, triste. Alors que je travaillais, je souriais inconsciemment. Je pensais à elle, qui n'était pas si loin que cela, sur l'un des lits de la pièce, et je m'appliquais à soigner les personnes qui en avaient besoin. Bien évidemment, je ne cessais de penser à elle et à sa chute, cela par pure inquiétude.

Quand je revins vers elle, je la vis occupée à se toucher le nez, mais j'omis ce détail car la question que j'avais à poser me semblait bien plus importante que son envie de retirer le bandage ou quoi que ça soit d'autre en cet instant. Je fus d'ailleurs heureux qu'elle m'autorise à lui poser ma question, bien que la première interrogation n'ait été qu'une simple question rhétorique, histoire d'introduire la conversation sans avoir l'air de lancer cela de but en blanc, sans amorce et sans raison. En plus, ce que j'avais à lui demander était assez délicat et d'une incroyable importance, car si cela n'était pas le cas, nous risquerions d'avoir de gros problèmes d'ici peu...

Je ris un peu à sa réaction, constatant que mon impression avait été bonne. Si Junho avait bel et bien été élevée comme un garçon, sans doute n'avait-elle jamais discuté de ce genre de choses avec un médecin ou avec ses parents... Peut-être qu'en fait elle n'avait même jamais imaginé avec un tel rapport un jour ? Cette idée me fit un peu sourire, même si j'étais en même temps triste pour elle, car je ne pouvais nullement lui apporter le soutien dont elle aurait pu avoir besoin, à savoir celui d'une mère, d'une soeur ou même d'une tante: j'étais son petit ami, rien de plus, rien de moins, et je ne pouvais donc pas me mêler de choses qui ne me regardaient pas. Tout ce que je pouvais faire, c'était lui éviter une grossesse en lui donnant ce qu'il fallait. Je hochai alors la tête, répondant à sa première question avant d'aller chercher quelque chose dans les armoires à pharmacie, car je savais que ce genre de choses étaient rangées là et, au bout d'un moment de recherche, j'en sortis un paquet de pilules que j'apportai à Junho, lui tendant simplement.

« Tu devrais prendre ça, suivant la posologie indiquée à l'intérieur. Quand tu n'en as plus, reviens me voir. »

Nous étions dans une école pleine d'étudiants, n'était-il pas normal que nous ayons ce genre de choses dans nos armoires ? Je lui souris à nouveau, désolé de l'avoir mise mal à l'aise avec cette question et tout le reste.

Au bout d'un moment, je poussai un petit soupir, posant mon regard au dehors, puis je revins poser mpes yeux sur ma petite amie, à qui j'adressai un nouveau sourire. J'avais envie de la prendre dans mes bras, mais une nouvelle personne venait d'entrer dans l'infirmerie, ce qui m'embêtait au plus haut point. Cependant, mon devoir m'appelait, alors je jetai simplement à regard à Junho avant de me diriger vers mon nouveau patient, m'occupant de lui pour ensuite repousser un soupir : elle me manquait tellement plus qu'avant son anniversaire désormais...

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Sam 26 Oct - 18:52

On me voyant les mains sur mon bandage, occupée à toucher chaque côté de mon nez, on aurait pu croire que j’avais envie de l’enlever, enfin surtout Ren vu que la première fois que j’étais venue j’avais enlevé le pansement qu’il m’avait mis, mais je n’en avais pas l’intention. Je voulais juste essayer de me faire une idée de ce à quoi je devais ressembler avec ça. Ne pas le retirer était probablement quelque chose pour le bien de mon visage, et déjà que je ne le trouvais pas très beau à la base, je ne tenais pas à avoir un nez horrible avec une grosse cicatrice en plein milieu. J’espérais réellement ne pas garder de marque visible, mais si c’était le cas, je ne pourrais ne m’en prendre qu’à moi-même …

A l’arrivée de Ren et à sa demande de me poser une question, j’avais acquiescé en souriant, m’attendant à une question médicale banale, comme par exemple si je m’étais déjà cassé le nez ou quelque chose comme ça. J’aurais sûrement préféré que ce soit une question de ce genre-là, parce que ça aurait été beaucoup moins gênant. J’étais vraiment étonnée qu’il me demande si je prenais quelque chose pour ne pas tomber enceinte, après tout on ne m’avait jamais parlé de ça à moi. Et puis même si on l’avait fait ne serait-ce qu’une seule fois, est-ce que j’y aurais fait attention en pensant que de toute façon ça n’aurait aucune chance d’arriver puisque je n’aurais jamais de petit ami ? C’était le genre de choses qui paraissaient évidentes pour beaucoup de gens mais qui ne l’étaient pas pour moi, alors oui, j’avais un peu paniqué.

Et puis pourquoi il riait ? C’était si drôle que ça ? Moi je ne trouvais pas ça drôle du tout ! J’avais beau tourner ma tête dans tous les sens, je ne voyais pas le moyen de trouver des réponses à mes questions puisque Ren s’était éloigné sans rien dire, juste en hochant la tête. Ca aurait pu me convenir comme réponse, un hochement de tête, mais encore fallait-il savoir à quelle question il répondait … J’espérais que c’était à la première, sinon … Non, mieux vaut ne pas y penser.

Un moment plus tard, il revint avec une boite en m’indiquant de prendre. Je le regardais quelques secondes avant de la prendre, la tournant dans tous les sens pour lire ce qu’il y avait marqué dessus. Pas grand-chose en fait, mais tant pis … Je relevai finalement les yeux vers mon petit ami en ayant l’intention de poser une question avant de voir que quelqu’un venait d’entrer. Je baissais de nouveau la tête, abandonnant cette idée. Ca me bloquait vraiment pour parler qu’il y ait d’autres élèves.

J’avais pensé avoir la chance d’avoir un peu mon petit ami pour moi, mais en fin de compte c’était raté … Lui étant retourner faire son travail d’infirmier, j’ouvrais la boite qu’il m’avait donnée pour sortir la notice et la lire. Tous les jours … Il ne fallait vraiment pas oublier, hein ? J’y arriverais sûrement, ça ne devait pas être si compliqué que ça … J’avais mis un bon moment à tout lire, m’arrêtant quelques fois pour regarder ce que Ren faisait et réfléchir un peu, rangeant ensuite le papier de nouveau dans la boite.

N’ayant rien à faire de plus, je m’endormais doucement, la boite dans la main, toujours adossée au fond du lit. Je tentais de ne pas dormir, mais le calme de la pièce et la douleur s’étant finalement estompée, j’avais un gros coup de fatigue difficile à retenir. Je ne sentis même pas ma main lâcher la boite, cette dernière tombant au sol alors que je fermais les yeux, sursautant légèrement en entendant le bruit. Je me penchais pour la ramasser, espérant que ça n’ait pas fait peur à Ren, m’endormant à moitié ainsi sans m’être relevée, une main appuyée sur le sol. Ne pas dormir la nuit et me blesser la journée en plus ne me réussissait pas tellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Ven 1 Nov - 23:23

Si j'avais donné cette boîte de pilules à Junho, c'était pour éviter tout accident à cause des évènements qui étaient arrivés récemment; j'avais fait certaines choses avec elle, et maintenant je devais faire tout mon possible pour qu'elle ne risque rien... En tant qu'adulte responsable, aussi bien ici que dans mon pays natal, je me devais d'agir correctement envers ma petite amie, cela pour son bien être et sa protection. J'espérais juste qu'elle ne m'en voudrais pas de l'obliger pratiquement à prendre ce genre de choses, car peut-être n'en avait-elle jamais entendu parler avant aujourd'hui.

À mon plus grand regret, alors que j'aurais aimé discuter un peu plus longtemps avec Junho, un élève était entré dans la pièce, ce qui m'avait forcé à m'occuper de lui, fidèle à mon poste. Son cas n'était pas très sérieux, alors j'avais rapidement fait de le libérer de ses ennuis et, mais d'autres le suivirent d'assez près. Visiblement, le professeur de soin aux créatures magiques aimait en faire des siennes, et il n'était pas prêt à changer de méthode, alors j'aurais toujours autant de travail avec ses cours. Heureusement, alors que les blessures qu'il infligeait avant étaient plus graves, les blessures récentes se limitaient à des morsures ou des brûlures, donc rien de bien méchant.

Peu après le départ du dernier élève, j'avais rangé mes affaires et j'avais décidé d'aller voir si Junho se sentait bien depuis sa chute. Je la trouvai alors là, endormie à moitié en dehors du lit, penchée avec une main sur le sol, et cela m'arracha un léger sourire: elle était réellement capable de dormir n'importe comment... Bien que je souries, cela m'inquiétait un peu, car je savais que cela signifiait qu'elle était réellement épuisée, et j'aurais aimé qu'elle dorme un peu plus. Malheureusement, je ne pouvais pas me permettre de la forcer à dormir, ni même lui donner de quoi le faire, car je savais parfaitement qu'elle ne le ferait pas et que de nombreux cauchemars risquaient de lui venir.

Sans la réveiller, je m'approchai d'elle, la redressant en douceur pour la faire allonger dans le lit, histoire qu'elle ne dorme pas plus longtemps dans une pose aussi étrange et susceptible de lui donner d'horribles douleurs le lendemain. En plus, ainsi placée, le sang allait lui monter à la tête, ce qui n'était pas bon non plus. Je souris ensuite, retournant à mon travail: je n'avais pas envie de quitter l'infirmerie, car j'avais peur qu'elle ait un problème par rapport à sa chute... Du coup, je restai là, à trainer dans mon rangement, comme si cela allait me permettre d'avoir une excuse pour être là aussi longtemps.

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Sam 2 Nov - 19:49

Je savais déjà que je pouvais m’endormir un peu n’importe où et n’importe comment, et même si j’étais vraiment fatiguée de la journée que j’avais passée, bien que je n’ai pas fait grand-chose à part commencer l’entraînement de quidditch, je n’aurais jamais pensé que je pouvais tomber dans le sommeil en étant à moitié en équilibre. C’était sûrement à cause de ma chute … Enfin au moins comme ça je dormais, même si ce n’était pas la meilleure position pour faire cela. Tant que je pouvais me reposer, ne serait-ce qu’un tout petit peu sans faire de cauchemar, alors ça m’allait.

Je pensais que Ren n’y ferait pas attention, qu’il ne le verrait même pas puisqu’il était occupé à soigner les autres élèves, mais en fait si. Une fois son travail fini, il était apparemment venu jeter un coup d’œil à mon état et m’avait relevée doucement pour me remettre entièrement sur le lit. Au fond, j’avais espéré qu’il ne voit pas que je m’étais endormie ainsi et que j’aurais le temps de me réveiller et me rasseoir comme je l’étais au départ avant qu’il ne revienne. Si j’avais été capable de dormir installée comme cela, ça voulait bien dire que j’étais épuisée, et c’était quelque chose que je ne voulais pas qu’il sache, sinon il s’inquièterait probablement … Enfin si on échangeait nos places, moi je m’inquièterais pour lui, alors c’était sûrement la même chose de son côté.

Sentir que quelqu’un me bougeait m’avait légèrement réveillée mais je n’avais pas ouvert les yeux, laissant mon petit ami m’allonger sur le lit et s’éloigner à nouveau. Du moins c’est ce que j’imaginais en entendant ses pas s’éloigner avant de me rendormir. Que ce soit une minute ou une heure, je voulais bien prendre chaque moment où je pouvais en dormir tranquillement. Je restais ainsi à dormir une vingtaine de minutes, profitant du sentiment de sécurité que je pouvais ressentir lorsque Ren était là.

Je me réveillais doucement, observant l’infirmerie pour voir s’il y avait encore des gens autre que moi. Contrairement à tout à l’heure, il n’y en avait pas, alors j’allais peut-être pouvoir parler un peu avec Ren … Encore fallait-il qu’il ne soit pas parti. Je me relevais pour me mettre assise, mon regard se posant finalement sur lui. Après m’être levée, je frottais un peu mes yeux et m’avançais vers lui, posant mes mains sur ses épaules. Il avait l’air occupé mais tant pis …


« Reeeeeeen ? … Il y a personne … »

Je voulais juste … Qu’il me serre dans ses bras ? Ca paraissait idiot comme ça parce que j’aurais pu le faire moi ou bien lui demander directement plutôt que de l’insinuer en faisant remarquer qu’il n’y avait personne à part nous et en le regardant avec un air triste. Et puis ce n’était pas comme si j’avais envie d’un baiser, on pouvait toujours trouver une excuse pour justifier le fait que je me sois retrouvée contre lui dans le pire des cas, du genre que j’avais voulu me lever et qu’en fin de compte j’avais trébuché ou fait un malaise. Enfin peut-être que lui ne voulait pas de moi à ce moment-là, dans ce cas-là …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 3 Nov - 21:29

Je m’en faisais pour Junho, car elle semblait réellement épuisée. J’ignorai si c’était parce qu’elle travaillait de trop pour ses cours, si c’étaient ses chutes ou une autre chose qui m’était inconnue, mais j’avais l’impression que je devais la surveiller un peu plus… Pourtant, je n’en avais pas le droit, pas maintenant, car je ne devais pas avoir l’air trop proche d’elle… Je ne pouvais même pas avoir l’air trop inquiet pour elle, simplement parce que cela risquerait de mettre notre relation en danger. Je fermai les yeux pendant quelques secondes, assis sur ma chaise, tandis que je réfléchissais à toutes ces choses qui me hantaient à propos de Junho.

J’avais eu peur qu’elle tombe enceinte de moi, peur qu’elle m’en veuille pour lui avoir pris sa première fois, peur pour tellement de choses que je n’aurais peut-être pas pu toutes les nommer, mais au final, j’étais heureux de la savoir là, dans l’infirmerie, non loin de moi. J’étais rassuré de savoir qu’elle dormait là, même si sa fatigue me semblait incroyablement grande… La mienne l’était également, mais je ne m’en plaignais pas, car j’avais choisi le métier que je souhaitais, et je l’assumais pleinement. C’était ainsi que j’avais voulu vivre.

Au bout d’un moment, alors que j’avais repris mon rangement inutile, Junho s’était réveillée sans même que je l’entende, et j’avais senti ses mains se poser sur mes épaules, ce qui m’arracha un léger sourire. Je l’entendis alors me parler et mon sourire s’élargit encore plus ; il était vrai qu’il n’y avait personne pour nous surveiller ou nous dire quoi faire. Comme soudainement porté par mon inquiétude et ce que je ressentais pour elle, je la serrai contre moi pendant quelques secondes, posant ma tête contre son épaule en soupirant d’aise avant de lui poser une nouvelle question.

« Tu te sens comment ? » Demandai-je tout naturellement.

Je m’inquiétais encore de sa chute, mais c’était tout à fait normal de ma part, non ? En plus, comme j’étais infirmier, je ne connaissais que trop bien les risques d’une telle chute. Je lui souris un peu, desserrant un peu mon étreinte avant de plonger mon regard dans le sien. La dernière fois que nous nous étions vus, la situation était bien différente, et nous avions partagé quelque chose d’inédit pour nous deux, alors j’avais peur que cela ait changé quelque chose entre nous… en mal. De mon côté, strictement rien n’avait changé, si ce n’était mon amour pour elle et mon attachement qui s’étaient grandement amplifiés, mais j’avais peur que de son côté tout soit différent.

« Tu … Tu m’as fait très peur aujourd’hui, tu sais. » Dis-je en pinçant les lèvres.

Depuis ma dernière chute, j’avais détesté les balais. La simple idée de monter sur l’un d’eux m’horrifiait tout simplement… Je fermai les yeux pendant quelques secondes, la serrant à nouveau contre moi avant de lui parler un peu à l’oreille.

« Je veux que tu fasses très attention quand tu montes sur un balai Junho… S’il te plait.»

C’était stupide, mais j’avais envie qu’elle me dise qu’elle le ferait… j’avais tellement eu peur…

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Mar 5 Nov - 21:50

Finalement, ma chute m’avait au moins permis de me reposer un peu, même si en me réveillant et en me levant pour aller voir Ren la douleur était un peu revenue. J’étais restée assise ou allongée un moment déjà, alors ma tête n’avait pas tellement appréciée ce mouvement brusque. Je m’en voulais un peu de ne pas réussir à dormir correctement la nuit, de pas être en pleine forme la journée comme j’aurais du. Ainsi je n’aurais pas inquiété Ren pour rien, ce que je pensais inutile puisque j’étais habituée à me sentir comme ça. Mais je pouvais comprendre son inquiétude, alors je ne pouvais rien lui dire puisque j’aurais la même réaction.

Bien que dormir ici sur un lit en sachant que Ren n’était pas loin était plutôt reposant, je m’étais levée pour m’approcher de lui, profitant du fait que l’infirmerie soit cette fois-ci vide. J’avais espéré qu’elle le soit dès le départ, ou du moins rapidement, alors je ne pouvais pas rester à dormir dans mon coin et ne pas profiter de l’occasion qui s’offrait à moi. On ne se voyait pas souvent, notre relation devant rester secrète, donc si je pouvais parler quelques minutes avec lui … Je tentai de lui faire comprendre subtilement que j’avais envie d’un geste de sa part, quelque chose venant de mon petit ami et non pas de l’infirmier.

Au moment où il me prit dans ses bras, je me mis doucement à sourire en le serrant un peu plus contre moi. Ca ne faisait que quelques jours que ce n’était pas arrivé, mais ça m’avait vraiment manqué … Mais même si c’était le genre de choses que je mourrais d’envie de faire tous les jours, je devais accepter le fait que ce n’était de toute façon pas possible et me contenter d’espérer que ça le soit un jour.


« Ca va, ne t’inquiètes pas. »

J’avais un peu mal à la tête, mais je ne voulais pas le dire. Il m’avait déjà donné un anti-douleur, et puis c’était largement supportable, surtout en étant dans ses bras. Si je l’avais dis, il se serait éloigné pour en chercher un autre, et je n’avais aucune envie de le voir s’éloigner même si c’était pour quelques secondes. Je le regardais quelques instants tout en restant assez proche de lui, baissant finalement légèrement la tête après qu’il m’ait adressé la parole.

J’étais loin d’être gênée ou quoi que ce soit vis-à-vis de lui ou de ce qu’on avait pu faire la dernière fois, c’était juste que … il avait eu peur pour moi, c’était tellement mignon ! Si j’avais préféré baisser la tête et ne plus voir son regard posé sur moi, c’était seulement dans le but de m’empêcher de l’embrasser. C’était dur … Mais si je le faisais et que quelqu’un entrait à ce moment ? La suite des évènements serait probablement encore plus dure à vivre.


« Désolée … »

Je repassais mes bras autour de sa taille quand il me prit de nouveau contre lui, callant ma tête sur son épaule en fermant les yeux. J’avais envie de pouvoir lui dire que je ferais attention en montant sur mon balai la prochaine fois et toutes les autres, mais est-ce que c’était vraiment possible en faisant partie de l’équipe de quidditch ? Au poste de gardien en plus.


« Je peux pas, je dois rattraper les ba… Mon balai, j’ai oublié mon balai ! »

Je n’avais même pas fini ma phrase que la remarque de Ren m’avait refait penser à mon balai que j’avais laissé sur le terrain. Il était tout seul le pauvre … Et puis je n’avais pas vraiment les moyens de m’en acheter un nouveau, alors il fallait absolument que je le récupère. Je lâchais Ren et commençais à courir vers la porte pour retourner sur le terrain le chercher, ayant complètement oublié ma chute et les effets que pouvait encore avoir celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Mer 6 Nov - 22:43

J'étais heureux que Junho se soit reposée un instant, même si celui-ci n'avait pas été si long que cela, car la chute qu'elle avait faite avait du être plutôt vertigineuse et, si elle s'était cassée le nez, c'était bien parce qu'elle était tombée sur la tête, ce qui ne m'arrangeait pas du tout. J'étais toujours angoissé à l'idée qu'elle ait un problème, mais maintenant c'était pire, surtout parce que je savais que, si elle avait réellement quelque chose de grave, je n'allais pas forcément pouvoir la sauver... J'étais bien trop incapable, car en plus de cela j'étais toujours incapable d'utiliser la moindre once de magie.

Mon inquiétude était l'une des raisons pour lesquelles j'avais décidé de lui demander comment elle allait, une fois qu'elle fut réveillée. J'avais envie qu'elle me rassure, me dise qu'elle allait bien... Mais surtout pas si ce n'était pas le cas: j'avais envie qu'elle soit honnête envers moi, qu'elle me dise comment elle se sentait, simplement parce que je voulais pouvoir l'aider au mieux et être là pour elle, même si nous n'en avions normalement pas le droit.

Quand Junho s'excusa de m'avoir inquiété, je secouai légèrement la tête, lui signifiant ainsi que ce n'était rien et, lorsqu'elle posa sa tête contre mon épaule, je caressai un peu ses cheveux, heureux de l'avoir contre moi pour quelques instants au moins. Je souris ensuite à nouveau, l'envie de l'embrasser étant bien présente mais impossible à assouvir et, la gardant contre moi un peu plus longtemps, je lui avais demandé de faire attention lorsqu'elle monterait sur un balai.

Malheureusement, elle ne sembla pas s'accorder avec moi et, alors qu'elle me répondait, elle parut se souvenir de quelque chose, car elle partit en courant après m'avoir dit qu'elle avait oublié son balai. Elle était folle? Je me mis presque aussitôt à courir à sa suite, la rattrapant avant qu'elle aille trop loin et de lui adressai la parole, presque en colère.

« Vas-y doucement Junho. Tu réalises la chute que tu as faite ? Fais un peu attention à toi. »

La gronder presque dans un couloir…. Ce n’était pas franchement le meilleur plan niveau discrétion, mais avais-je le choix ? Je fermai les yeux pendant quelques secondes.

« Je vais venir avec toi, au cas où tu aurais des vertiges. »

Je recommençai alors à marcher en direction du terrain avec Junho, espérant que celle-ci n’allait pas aller trop mal… Elle agissait dangereusement et cela me plaisait encore moins que d’habitude. J’avais tellement peur qu’il lui arrive quelque chose de mal…

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Sam 9 Nov - 15:14

Je pouvais réellement me montrer idiote parfois, la preuve en était juste là … J’avais pu me reposer un peu, ce qui était déjà beaucoup pour moi en fait, et en plus à mon réveil j’avais eu la chance de constater que l’infirmerie était vide. Je l’avais souhaité lors de mon arrivée, j’avais continué à le souhaiter pendant que j’étais assise sur le lit où Ren m’avait conduite, et finalement c’était au moment où je ne pouvais pas le voir que les lieux s’étaient vidés. Je m’étais donc rapprochée de Ren pour que l’on puisse parler un peu, celui-ci n’ayant visiblement pas remarqué que je m’étais réveillée et levée.

J’avais plutôt bien réussi mon coup lorsque j’avais fait ma remarque sur l’absence d’autres personnes à part nous, puisqu’il m’avait finalement prise contre lui. Je n’aurais échangé cet instant contre rien au monde, c’était bien trop rare … Enfin pas tant que ça quand on y réfléchissait, mais pour moi le temps qui séparait chacun d’entre eux était bien trop long. J’avais besoin de lui, de le sentir contre moi, de pouvoir voir qu’il était bien là et que tout ça ne se passait pas seulement dans ma tête. Il pourrait me demander n’importe quoi, je le ferais sans aucune hésitation si c’était pour lui.

Sur le moment, quand il me demanda de faire attention quand je montais sur mon balai, je ne m’étais pas demandé pourquoi il semblait si inquiet à ce sujet, tout ce que j’avais vu c’était l’image de mon balai posé sur le terrain. Comment j’avais pu l’oublier ? C’était probablement normal vu la chute que j’avais faite, personne n’aurait pensé à ramper jusqu’à son balai pour le récupérer, mais ça me paraissait vraiment être catastrophe. J’avais donc lâché Ren pour courir vers la porte dans l’intention d’aller ainsi jusqu’au terrain de quidditch.

Il ne me restait pas grand-chose de la partie de ma vie que j’avais menée jusqu’au décès de mon père, alors je tenais à garder chacune de ces choses si je le pouvais. La plus précieuse était sûrement ma baguette, mais c’était Ren qui l’avait. Ca aurait pu me gêner mais pas tellement, je savais très bien qu’il ne la perdrait pas et qu’il la garderait bien en sécurité. Mais une partie de l’importance que j’avais mise sur ma baguette s’était reporté sur le reste, donc un peu sur mon balai. Après tout je l’avais depuis le début, c’était le seul et unique que j’avais eu jusqu’ici, tout les cours et les matchs je les avaient fait avec lui … J’avais donc en quelque sorte oublié tout le reste en me rappelant que je l’avais oublié lui.

Je n’avais pas eu le temps de traverser une grande distance que j’étais déjà forcée de m’arrêter, Ren m’ayant rattrapée. A vrai dire, j’étais un peu perdue sur le coup, le regardant me parler sans rien dire. Il était énervé, ça faisait un drôle d’effet … Quand il dit « fais un peu attention à toi », je le ressentis un peu comme s’il me disait « tu ne fais jamais attention ». Peut-être que ça n’était pas dans son intention, mais c’était blessant, même s’il n’avait pas tort … D’ailleurs si je l’avais compris comme ça, c’était que je le savais moi-même sans vraiment vouloir l’avouer.

Je tournais légèrement la tête, hochant la tête lorsqu’il annonça qu’il allait m’accompagner. J’attendis qu’il se mette à marcher pour venir en faire de même à côté de lui, légèrement en retrait. On était en train de traverser l’école, alors je ne pouvais pas dire grand-chose de toute façon, donc je n’avais pas décroché un mot durant le trajet … Une fois arrivé au terrain, je m’arrêtais quelques secondes pour voir où était posé mon balai, me dirigeant ensuite dans sa direction pour le récupérer et revenir vers Ren pour que l’on commence à faire le chemin du retour.

A peine quelques instants après, j’adressais finalement la parole à Ren, bien qu’à voix basse, à la limite de l’inaudible, tout en continuant à marcher, mon balai dans une main.


« J’ai mal à la tête … »

J’avais déjà mal avant de quitter l’infirmerie mais je ne lui avais pas dit pour m’éviter qu’il s’inquiète. Sauf que maintenant je commençais vraiment à avoir mal, l’anti-douleur que j’avais pris remontant déjà à un petit moment et qu’en plus de cela j’avais eu la bonne idée de marcher autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 10 Nov - 21:43

Je m’en voulais un peu de m’être énervé. C’est pour cela que je m’étais bien vite radouci. J’avais peur qu’elle m’en veuille pour avoir osé lever la voix sur elle alors que ma seule crainte était de la voir tomber, à bout de force à cause de sa première et haute chute. J’étais tellement inquiet que je n’avais pas pensé que cela allait peut-être la mettre en colère, j’avais même oublié qu’elle était maladroite de nature et que si elle tombait, ce n’était peut-être pas à cause de sa chute de balai… J’avais réagi par pur réflexe, simplement parce qu’elle avait agi de manière totalement déraisonnée, sans réfléchir avant de partir en courant alors qu’elle avait sans doute la nausée ou des maux de têtes.

Quand nous arrivâmes enfin au terrain de quidditch, je laissai Junho chercher après son balai, ayant totalement oublié où il avait pu tomber et, quand je la vis se diriger vers lui, je la suivis un peu afin d’éviter qu’elle tombe. Je la laissai ensuite revenir dans ma direction, lui adressant un petit sourire inconscient. J’avais du mal à ne pas sourire quand je la voyais, quand elle était près de moi, quand nous étions ensemble, tout simplement. Quand elle arriva et m’adressa la parole, je perdis légèrement mon sourire, m’inquiétant un peu tout de même car la chute qu’elle avait faite était plutôt rude.

« Tu vas encore te reposer un peu en remontant. Et je te donnerai un autre antidouleur. »

Je souris un peu à Junho avant de continuer ma marche, remontant à l’infirmerie en compagnie de ma petite-amie sans manquer de surveiller qu’elle ne chancelait pas trop ou ne manquait pas de tomber. Une fois retournés là-bas, je souris un peu à Junho, m’adressant à elle d’une voix légèrement plus calme mais toujours aussi inquiète.

« Junho, j’aimerais vraiment que tu fasses attention quand tu monteras sur un balai. Je… J’ai vraiment peur de ça. » Lui-dis-je enfin après avoir longtemps hésité.

J’avais gardé un très mauvais souvenir depuis la dernière fois que j’étais monté sur un balai. Je m’étais cassé quelque chose, j’avais été pris de panique et était devenu inapte à monter sur l’un d’eux. Je donnai un nouvel antidouleur à Junho, m’installant près d’elle en souriant pendant quelques secondes. Je lui adressai à nouveau la parole après avoir pris sa main dans la mienne.

« J’espère que tu arriveras à dormir cette nuit. » Lui-dis-je simplement avant de lui indiquer la porte qui se situait non loin de là, dans l’infirmerie. « Je serai là-bas si tu me cherches. »

Cette pièce n’était autre que celle mise à disposition des infirmiers lorsqu’un élève était présent à l’infirmerie et devait être surveillé. Là, si Junho avait un problème, elle pourrait facilement venir me trouver, me réveiller et me dire ce qui n’allait pas. Presque certain que personne n’entrerait dans la pièce, je posai délicatement mes lèvres sur celles de Junho pour quelques secondes et en me reculant, je lui souris à nouveau.

« Bonne nuit Junho. »

Ensuite, je pris la direction de la pièce voisine afin de me reposer un peu, espérant que Junho n’aurait pas de problème durant la nuit, car cela m’angoissait au plus haut point.

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Lun 11 Nov - 15:02

J’avais déjà eu largement ma dose en matière de chute pour aujourd’hui, alors quelque part j’étais soulagée que Ren ait tenu à m’accompagner et ne m’ait pas laissée partir en courant comme j’avais commencé à le faire. Même si le chemin jusqu’au terrain de quidditch m’avait paru un peu long étant donné que mon petit ami venait de me disputer sans que je comprenne vraiment ce qui m’arrivait, on finissait par y arriver et je m’éloignai un peu pour aller récupérer ce que j’étais venue chercher, c’est-à-dire mon balai, étant bel et bien resté sur le terrain sans que personne ne s’en soucie.

J’étais ensuite revenue vers Ren, tenant fermement mon balai dans une de mes mains pour éviter que je ne le laisse tomber ou qu’il se cogne contre le sol par ma faute. En voyant que Ren perdit son sourire lorsque je finis par lui avouer que j’avais mal à la tête, je m’en voulu un peu de ne pas avoir continuer à le garder pour moi, parce qu’en fin de compte, il semblait que j’avais plutôt bien fait. Peut-être qu’il n’aurait pas continué à sourire quand même, mais je ne pouvais de toute façon pas le savoir. Quand il répondit, que je lui adressai un sourire en réponse au sien avant de nous remettre à marcher.

Pour mon grand soulagement je n’étais pas tombée non plus en remontant à l’infirmerie, peut-être cela étant du à ma motivation pour rentrer le plus vite possible et avoir l’anti-douleur qu’il m’avait promis. Une fois entrée, je posais mon balai contre le mur avant de m’asseoir sur le lit où j’étais installée avant. Ca faisait du bien de ne plus rien faire … Je m’étais posée la question sur cette histoire de faire bien attention quand je monterais sur un balai, mais finalement je l’avais oubliée. Elle me revint vite en tête lorsque Ren me demanda à nouveau d’être prudente.

Cependant, même si savoir ce qui avait pu se passer pour qu’il ait peur des balais était vraiment tentant, ce n’était peut-être pas le moment de poser cette question. Je pourrais toujours lui demander plus tard … Je lui répondais donc de façon à le rassurer avant de prendre l’anti-douleur qu’il me donnait.


« Je ferais attention, promis. »

Ca paraissait assez difficile pour moi de faire attention dans ces moments-là, surtout pendant le quidditch, mais j’avais vraiment l’intention de le faire même s’il n’était pas là pour le vérifier. Je ne voulais pas qu’il soit inquiet pour moi, alors si je pouvais au moins éliminer ça …

Je serrai doucement sa main tout en souriant, hochant la tête pour dire que j’avais bien compris quand il m’expliqua qu’il serait dans la pièce d’à côté. Je n’avais pas pensé que je resterais ici pour la nuit, mais je ne pouvais pas vraiment lui demander si j’avais le droit de retourner au dortoir parce que même s’il avait dit oui, il se serait inquiété et il aurait probablement mal dormi à cause de ça. Et puis c’était peut-être mieux de rester pour moi aussi, au cas où. Je fermai les yeux, profitant d’avoir ses lèvres contre les miennes quelques instants, sans lâcher sa main.


« Bonne nuit. »

Je le laissais s’éloigner en le regardant en souriant, hésitant à rajouter quelque chose ou non. D’un côté, s’il m’avait embrassée, c’était qu’il n’y avait pas de risque, alors ce n’était pas quelques mots qui allaient nous mettre plus en danger que ce geste … Je me décidai dernier moment, juste avant qu’il n’ouvre la porte et qu’il aille se reposer.

« Je t’aime. »

Je pouvais dormir tranquille maintenant … Eh bien non, ça aurait été trop beau, raté. Je m’étais allongée, mettant la couverture sur moi après avoir enlevé mes chaussures et ma veste. Je fermais les yeux, ne bougeant pas … Et je les rouvrais quelques minutes plus tard. Impossible, il y avait un truc qui me dérangeait. Bizarrement, j’aurais préféré garder les yeux fermés jusqu’au matin, parce que voir cette grande pièce vide et sombre était un peu effrayant. Je pouvais dormir n’importe où, c’était vrai, mais seulement à partir du moment où j’étais dans un coin et pas en plein milieu, j’avais besoin de sentir une sorte de sécurité, ce qui n’était pas le cas ici. Mais ça, je préférais me dire que ce n’était rien et que j’arriverais à dormir ainsi, donc j’en avais conclu que si je ne trouvais pas le sommeil, c’était parce que je n’étais pas habillée comme d’habitude, donc j’enlevai mon pantalon, ne laissant que mon tshirt et mes sous vêtements.

Pensant que le problème était réglé désormais, je m’installais de nouveau de façon à dormir en fermant les yeux. Peut-être que simplement fermer les yeux n’était pas une solution, parce qu’ils soient fermés ou ouverts je m’imaginais des choses rien qu’en sachant l’aspect de la pièce. Je restai tout de même une ou deux heures ainsi, la tête sous la couverture sans oser bouger ne serait-ce qu’une main. Si je continuais comme ça, le lendemain je n’allais même pas tenir debout … Alors dans un élan de courage, je balançais la couverture et partais en courant vers la pièce que m’avait indiquée Ren pour y entrer et lui sauter dessus, en faisant quand même attention de ne pas l’écraser. Enfin pas trop, autant qu’il m’était possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Mer 13 Nov - 22:47

Il était clair que j’avais eu ma dose d’émotions fortes pour la journée entière. Entre le moment où l’on m’avait demandé de venir sur le terrain pour soigner un élève et le moment où Junho avait couru en dehors de l’infirmerie pour aller chercher son balai, je n’avais pas besoin de plus pour me sentir fatigué et extrêmement inquiet à l’égard de ma petite amie. Je m’occupais d’elle avec tant d’attention, je cherchais tellement à faire son bonheur et sa sécurité… Alors pourquoi ne réussissais-je pas à arrêter de me sentir coupable au moindre accident qui lui arrivait ? Au moindre risque qu’elle courait ? C’était peut-être ça, aimer quelqu’un : avoir l’impression d’être responsable de ce qui arrivait à cette personne, peu importe le moment où ces choses arrivaient.

Je m’inquiétais beaucoup pour Junho, presque tout le temps en fait, alors j’avais un peu peur de l’étouffer. C’est pour cela que j’avais décidé de la laisser dormir seule un peu. Je n’avais pas envie d’être un petit ami encombrant, un petit ami qui lui aurait donné l’impression d’être moins libre qu’elle l’aurait dû… C’était étrange, je le savais, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser : je l’aimais tellement, alors n’était-il pas compréhensible que je craigne de la voir partir soudainement, pour une raison aussi horrible que celle-là qui plus est ?

Fort de cette idée, j’avais posé mes lèvres sur les siennes en un simple baiser avant de me diriger vers la salle annexe à l’infirmerie. J’espérais qu’elle ne craindrait pas de venir me trouver si jamais quelque chose allait mal, car je savais qu’elle risquait de ne pas se sentir bien à cause de sa chute. Quand je posai la main sur la poignée de la porte, j’entendis la voix de Junho qui me disait qu’elle m’aimait. Un sourire naquit alors sur mon visage et, tournant la tête vers elle, je répondis à ses paroles.

« Moi aussi, je t’aime. » dis-je avant d’ouvrir la porte qui me séparait de la pièce annexe.

Quelques secondes plus tard, après avoir jeté un dernier regard vers Junho, je refermai la porte derrière moi, anxieux. Je m’inquiétais trop, et j’en étais conscient, mais qu’aurais-je pu faire si ce n’était m’occuper de celle que j’aimais ? J’aurais peut-être dû faire la même chose pour n’importe quel élève ? Dans tous les cas, je savais que je n’aurais peut-être pas du agir comme je l’avais fait aujourd’hui, du moins dans le sens où j’avais failli mettre notre relation en jeu en agissant aussi instinctivement… Pourtant, du point de vue relationnel… Avais-je réellement mal agi ? Junho n’aurait-elle pas été blessée si j’avais agi différemment ? En fait, ne l’était-elle pas déjà ? Je me posais tant de questions… Pourtant, je venais à peine de quitter la pièce où se trouvait ma petite amie.

Dans la pièce où je me trouvais désormais, il y avait un petit endroit conçu spécialement pour quand je voulais me reposer. Je l’avais emménagé là, car j’avais pris l’habitude de passer des nuits à l’infirmerie lorsqu’un élève nécessitait des soins réguliers ou une attention toute particulière. Ce n’était pas grand-chose, un petit lit, rien de plus, juste assez grand pour moi m’allonger et assez confortable pour me permettre de m’y reposer. Je m’y installai après quelques secondes et, dans l’espoir de dormir un peu, je fermai les yeux. Je sombrai ainsi lentement dans le sommeil. Certes, ce repos n’était pas très profond, mais il me suffirait amplement, je le savais parfaitement.

Un bon moment plus tard, je n’aurais su dire combien de temps puisque j’étais endormi – bah quoi, j’avais bien le droit, non ? – quelque chose me fit sortir de mon sommeil assez brusquement. Quand j’ouvris les yeux, je pus apercevoir Junho qui, un peu plus qu’à moitié vêtue, semblait s’être jetée sur moi. Je souris un peu, levant les yeux vers elle, encore un peu dans les vapes car mon sommeil avait dû être plus profond que je l’avais cru, et, doucement, je lui adressai la parole.

« Quelque chose ne va pas ? » Lui demandais-je d’une petite voix.

J’ignorais pourquoi elle s’était soudainement retrouvée à moitié dévêtue, mais j’imaginais que cela devait être parce qu’elle avait eu trop chaud ou qu’elle s’était sentie mal à l’aise dans sa tenue. En fait, je n’y accordais pas trop d’attention. Ce qui me préoccupait bien plus, c’étaient les raisons de sa venue et de mon réveil : si elle se sentait mal, je voulais le savoir ; si quelque chose l’inquiétait, c’était tout pareil, alors elle n’avait pas intérêt à me raconter de bêtises, car je n’avais pas envie qu’elle me mente à ce sujet… Je m’inquiétais bien trop facilement pour cela.

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♛ L'intello de service ♕
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Lins Icho

∆ Age : 23
∆ Localisation : Poudlard/Londres

MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Ven 15 Nov - 22:18

Lins reprenait du poil de la bête. En effet, il remontait la pente bien plus rapidement qu'avant ces derniers temps, par des manifestations de plus en plus optimistes et sociales. C'est comme une sorte de locomotive : le démarrage est lent, puis tout commence à s'échauffer et la vitesse s'accélère. C'est ainsi que son état d'esprit avait pu se métamorphoser de " malheureux désespéré qui n'a plus rien à perdre " à " jeune homme plein de santé qui prend la vie comme elle vient ". 



Bien entendu, Elisea l'avait profondément marqué, comme une cicatrice qu'on ne pourra jamais cacher au monde entier, que l'on porte toujours sur nous, et il ne pouvait ne pas admettre que de temps en temps, il repensait à elle. Elle était tellement formidable, brillante, gentille.. Il ne voulait pas dire parfaite, car c'est un comble de dire quelqu'un qu'il est parfait alors que la perfection dans ce monde n'existe guère. 


Néanmoins, il avait appris de façon nettement plus agréable à vivre avec cette peine, à faire son deuil. Le fardeau de sa mère alcoolique l'avait pourtant entravé davantage, car l'annonce de son alcoolisme n'était pas arrivé tout à fait au bon moment pour qu'il puisse se relever après avoir appris la mort d'Elisea. Et pourtant, il s'accrochait, encore et toujours. Un véritable lutteur qui supportait un poids d'une masse considérable et qui parvenait à s'en débarasser de plus en plus facilement. 


Et même physiquement, le Serdaigle reprenait une pêche d'enfer. Son alimentation avait repris son rythme et ses fondements normaux, elle semblait même bien plus équilibrée qu'avant, et son corps avait repris des formes musculaires depuis qu'il s'était remis au sport. C'était une sorte de rennaissance, et chaque fois qu'il sentait son souffle en courant, Lins se disait que ça n'en était pas plus mal d'avoir pu se relever malgré tous les embarras qui s'étaient accumulés en même temps. Il s'était dit également qu'Elisea ( et ni même ses amis mais ça il le savait ) n'aurait souhaité le voir dépérir encore plus au point de ne plus accorder d'interêt à sa vie. La vie, c'est le souffle, le sang, les poumons, le bonheur, les sensations, c'est un énorme paquet de choses et Lins en avait pris conscience encore plus fortement.

Ce dernier marchat dès à présent dans le couloir du premier étage, sirotant tranquillement un jus de citrouille en berlingot. D'ailleurs, il n'était pas très silencieusement, c'est à peine s'il ne donnait pas l'impression d'organiser un concert. D'un autre côté, le château se faisait silencieux car la nuit était tombée. Tout à coup, Lins se demanda finalement pourquoi il avait instinctivement voulu venir déambuler ici comme une âme errante, en train de se saouler au jus de citrouille, alors qu'il était censé bientôt monter se coucher avant la ronde des Carrow. Mais tandis qu'il se dit que faire demi-tour était judicieux, il remarqua qu'il venait de passer impassiblement devant l'infirmerie dont les portes étaient entrouvertes. Curieux, il passa entre les deux portes et oscilla la tête pour pister les bruissements qu'il avait entendu.

Il n'avait aucune idée de pourquoi les portes n'avaient pas été fermées. Il était très tard, d'ailleurs Lins se risquait à déambuler de cette façon pendant la nuit, les Carrow devaient certainement " surveiller " les comportements ennemis..Même si c'était eux en vérité, les opposants. Il s'aventura d'un pas feutré dans l'infirmerie et repéra avec ses yeux furtifs une porte encore entrouverte et se rua de façon inaudible dessus. Il passa la tête par l’entrebâillement pour ensuite écarquiller les yeux comme s'il avait vu un monstre et recracher tout son jus, décorant le sol d'une jolie flaque orange.

« Ren? JUNHO ?!»

Suite à son exclamation qui ne passa pas inaperçu, un silence assourdissant plana entre les trois et personne n'osa rien dire pendant un long moment..Tous semblaient réfléchir à une issue ou bien à une explication précise qui ne choque pas ou bien à un mensonge.


Dernière édition par Lins Icho le Dim 17 Nov - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Sam 16 Nov - 16:18

Je m’étais toujours forcée à n’avoir peur de rien et rester impassible face à n’importe quoi, mais ce n’était en réalité qu’une simple façade, et pas très solide en plus. Peut-être que le fait que la personne pour laquelle je faisais tout cela soit morte m’avait signalé inconsciemment que je pouvais arrêter. Depuis quelques temps, j’avais l’impression de me retrouver complètement incapable et fragile face à mes peurs lorsque j’y étais confrontée. Pourtant j’avais essayé de tenir et de continuer à réussir de contrôler mes sentiments, mais peut-être que désormais je l’avais déjà trop fait et qu’il m’était impossible de faire ça toute ma vie.

Même si j’avais fini par avoir peur de pas mal de choses, j’avais trouvais la personne qui pourrait donner moins d’importance à tout ça. C’était pour cette raison précise que je n’avais pas pensé à faire autre chose que d’aller me réfugier contre Ren quand j’eu enfin le courage de sortir de mon lit, dans l’infirmerie. Heureusement que la lumière de la lune entrait un peu dans la pièce par les fenêtres, parce que s’il avait fait entièrement noir, j’aurais du longer les murs jusqu’à trouver la porte que je cherchais et je me serais sûrement arrêtée avant de la trouver  pour me recroqueviller par terre.

Finalement j’avais pu rejoindre mon petit ami sans grand problème, bien que je sois arrivée en lui sautant dessus et sans prendre la peine de fermer la porte, ayant trop peu de m’arrêter et de me retourner vers la grande pièce que je venais de quitter. C’était vraiment un grand soulagement pour moi que d’être arrivée à faire ça et de ne pas être restée là bas, alors j’espérais que Ren ne m’y renverrait pas … Je ne bougeais pas, restant simplement sur lui en essayant de calmer ma respiration étant donné que je venais de courir, et que j’avais eu peur aussi.

Quand il me demanda ce qui n’allait pas, j’hésitais un peu à la réponse que j’avais lui donner … Est-ce qu’il n’allait pas trouver ça idiot et énervant que je sois venue le réveiller juste parce que j’avais peur et que je n’arrivais pas à dormir ? Il s’était déjà énervé contre moi quelques temps avant, et là c’était aussi un peu de l’inconscience que de vouloir venir avec lui alors que ça pourrait mettre en danger notre relation … Mais je n’avais aucune envie de lui mentir, je ne voulais pas qu’il s’inquiète en pensant que j’avais mal alors qu’en fait la véritable raison était beaucoup moins importante.

« Désolée, j’avais peur là-b… »

Je n’eus pas eu le temps de finir ma phrase ; encore une fois, à croire que c’était la journée ; que je sursautai en entendant une voix provenant de la direction où se trouvait la porte, sans quitter Ren des yeux. On pouvait clairement lire la peur sur mon visage, qu’est ce que j’étais bête … J’avais tellement craint qu’il y ait quelque chose dans la pièce d’à côté que maintenant je pensais que j’avais eu raison et que cette chose était venue jusque là, je n’avais même pas pris en compte le fait qu’elle connaisse nos prénoms. Je fermais les yeux en venant plaquer mon front contre le torse de Ren, le serrant fort contre moi. On allait déjà mourir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Ren Minami


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Dim 17 Nov - 20:45

Je pensais réellement que nous étions seuls au moment où j’avais répondu au je t’aime de Junho. Quelque part, l’inverse m’aurait réellement étonné, car il était assez tard et les élèves blessés à une telle heure étaient quand même assez rares. Quand Junho vint me réveiller, je lui souris avant de demander la raison pour laquelle elle était venue. J’avais envie de savoir ce qui n’allait pas mais, alors que Junho commençait à répondre à ma question, elle fut interrompue par une autre voix, bien plus grave et masculine, qui prononçait nos deux prénoms très distinctement.

Mon cœur se mit soudainement à battre bien plus vite et je restai immobile pendant quelques secondes. J’observai Junho sans bouger, cherchant juste à savoir si elle connaissait la cause de cette voix soudaine et, voyant qu’elle craignait plus qu’autre chose ce qu’il venait de se passer, je faisais légèrement dévier mon regard vers la porte après m’être redressé un peu, observant la personne qui se trouvait dans l’encadrement de celle-ci.

Junho vint alors se coller contre mon torse et, silencieusement, je la regardai faire sans rien dire. C’était plutôt gênant comme situation. Je fermai les yeux pendant quelques secondes avant de m’adresser au nouvel arrivant, n’osant même pas détacher Junho de moi car j’avais peur qu’elle m’en veuille si je le faisais.

« Lins ? Demandai-je sans attendre, Qu’est-ce qui t’amène ici à une telle heure ? »

Je ne savais pas vraiment comment faire pour rétablir la situation, ni même comment faire passer le comportement de Junho comme normal envers un infirmier… En fait, j’avais comme l’impression d’être bloqué dans une situation incontrôlable et irréversible car, ignorant depuis combien de temps Lins était là, je ne pouvais pas réellement savoir ce qu’il avait compris ou vu… Je souris un peu au Serdaigle que j’avais déjà du soigner plusieurs fois et quelques instants plus tard, je détachai légèrement Junho de moi, espérant qu’elle parvienne à trouver une idée pour nous tirer de ce mauvais pas.

Pourtant, avant même qu’elle n’ait l’occasion de placer un mot, je fus pris d’un sentiment de culpabilité et de responsabilité envers Junho et, rapidement, mon côté infirmier reprit le dessus.

« Tu t’es blessé ? » Demandais-je, l’air de rien, en cherchant à voir s’il était blessé ou non.

Je me redressai finalement, car rester réellement près de Junho aurait été flagrant… trop flagrant…

_________________
How to save a life

Where did I go wrong, I lost a friend; Somewhere along in the bitterness ; And I would have stayed up with you all night; Had I known how to save a life. (The Fray)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♛ L'intello de service ♕
avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Lins Icho

∆ Age : 23
∆ Localisation : Poudlard/Londres

MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Lun 18 Nov - 21:59

Son sang ne fit qu'un tour. Son coeur lui avait aussi fait mauvaise compagnie, bombardant toute sa cage thoracique comme un cheval fou qui se cabrait dans son enclos. Mais quelle ahurrisante surprise. Déplaisante ne demeurait pas le mot le plus significatif pour Lins. Si Junho avait eu quelques années en moins, là certainement. Mais étant donné qu'elle serait majeure prochainement et que Ren n'était pas si éloigné que ça en âge, rien n'avait de choquant dans leur, apparamment, liaison.

C'était comme si un sortilège de paralysie l'avait frappé de plein fouet : Lins ne bougeait plus, sa poignée toujours sur la porte, serrant fermement celle-ci, les yeux fixés sur Ren & Junho allongés l'un près de l'autre, grands ouverts, la bouche ouverte et la respiration soudainement saccadée. C'est dans ce type de moment qu'il préférait anticiper les situations avec ses visions, au moins, il n'en arrivait pas à se plonger dans un tel état. Mais ici, c'était tellement frappant, une élève et un infirmier de Poudlard. Oh bien sûr, motus et bouche cousue, sinon Rogue et les Carrow particulièrement seraient intransigeants, et les mots sont faibles quand il faut désigner leurs actes à ceux-là.


« Lins ? Qu’est-ce qui t’amène ici à une telle heure ? »

Là il n'y comprit rien. Absolument rien d'ailleurs. Comment ? Comment pouvait-il ? Ren, le muet, avec qui il n'avait cessé d'user le langage des signes pour communiquer pendant des heures ? Et ce langage, nom d'une pastille de gerbe, ce qu'il pouvait le détester. Il le détestait mais l'avait appris tout de même, en bon intello, il ne fallait négliger aucun savoir existant, voyons!


« Mais qu'est-ce que...Bfffpfm ? Comment..? T'es ventriloque? Tu n'as JAMAIS PARLE REN ! JAMAIS.

Junho, elle, se réfugiait contre son torse, impossible de croiser son regard. Et pendant ce temps-là, Ren, quant à lui, paraissait toujours aussi indifférent à la situation. Mais c'était sans doute la réaction estomaquée de Lins qui devait  légèrement l'effrayer. Tous deux semblaient crispés du visage. Le Serdaigle se croyait plongé dans un rêve, car jamais de son existence l'infirmier de Poudlard n'avait parlé devant lui. D'après ce qu'il avait compris, ce n'était pas inné, une histoire se cachait derrière ce traumatisme, mais il n'en avait jamais su plus. Enfin maintenant aura t-il peut être plus d'information, avec un qui se met à parler, et l'autre qui sort avec. Que demander de plus ?

« Tu t’es blessé ? » 

Le pire, c'est qu'il remettait ça ! Lins n'en revenait pas. Il lâcha la poignée et referma la porte derrière avant de regarder attentivement Ren tel un médecin examinerait son patient.

« Non...Non je ne suis pas blessé dit-il d'une voix certes surprise mais beaucoup plus calme et basse.« Mais j'aimerais qu'on m'explique sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Que fais tu à Poudlard ?
Junho Masaka


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi Mar 19 Nov - 19:49

J’avais réellement eu peur en entendant une autre voix que la mienne et celle de Ren, étant partagée entre un sentiment de peur vis-à-vis de la potentielle présence d’un truc méchant dans la pièce d’à côté et en même j’étais totalement persuadée que je pouvais venir voir Ren sans rien risquer. Je m’étais donc réfugiée contre lui par réflexe, même si ça aurait été complètement inutile si ma crainte s’était avérée justifiée. Mais voilà, je préférais largement rester avec mon petit ami plutôt que de partir me recroqueviller dans un coin … En fait ce n’était pas une histoire de préférence, c’était quelque chose de défini dans mon esprit et je n’avais pas besoin de réfléchir, c’était Ren ou rien.

Après un moment de silence, qui était plutôt pesant pour moi puisque je ne voyais strictement rien et que de toute façon je ne tenais pas vraiment à voir, j’entendis Ren parler à … Lins. C’était pas possible ! Quelque part, j’espérais que tout ça ne se passait pas vraiment, alors j’attendais encore avant de relever la tête. Il valait mieux être sûre en continuant à écouter ce qu’ils disaient … Et en effet, c’était bien Lins. Cependant, même si désormais je savais de qui il s’agissait, je ne bougeai pas, réfléchissant à quelque chose à dire pour essayer de faire passer mon rapprochement avec Ren comme banal.

Je n’avais pas encore eu le temps de trouver précisément ce que j’allais dire, j’aurais aimé avoir un peu plus de temps, mais ce genre de situation ne s’y prêter pas vraiment … Je laissais Ren m’éloigner un peu lui avant de m’asseoir à côté. A vrai dire à ce moment-là, j’avais complètement décroché, je ne suivais pas la conversation, j’étais juste plongée dans mes pensées pour chercher une sortie et protéger la seule chose qui était importante pour moi, c'est-à-dire ma relation avec Ren, ou même Ren tout court.

Alors qu’il se levait, je restais assise sur le lit, relevant la tête vers Lins après quelques secondes pour me décider enfin à parler, désignant le bandage que j’avais sur le nez.


« Je me suis blessée. … Alors j’avais mal à la tête. … Et les anti-douleurs n’ont pas marché. … La seule chose qui marchait c’était de serrer quelque chose de chaud contre mon front. »

J’avais un peu improvisé au fur et à mesure que je parlais, mais je n’avais pas trouvé mieux … En fait, ça ne marcherait sûrement pas, mais j’essayais. Je m’en voulais vraiment que tout ça se passe par ma faute. J’aurais mieux fait de ne pas me lever ce matin-là, tout le monde en aurait été très heureux. Le pire c’était que j’étais à moitié déshabillée, devant Lins … Enfin ce n’était pas le pire, mais ça rajoutait quelque chose d’horrible pour moi, c’était vraiment gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Que fais tu à Poudlard ?
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: REN&JUNHO - Moshi moshi

Revenir en haut Aller en bas

REN&JUNHO - Moshi moshi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Upsidedown :: Poudlard :: Extérieur du Château :: Le Terrain de Quidditch-
Sauter vers: